Nicolas Lévine : "L'histoire du laboratoire P4 de Wuhan laisse à croire qu'il y aurait pu avoir une manipulation"

L’historien Nicolas Lévine, auteur de "Incident : La Cartographie d’un carnage" (éditions Ring), était l’invité d’André Bercoff, jeudi 1er octobre, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Nicolas Lévine invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Employé de la fonction publique, Nicolas Lévine s'est penché sur l'histoire récente de l'épidémie du coronavirus. Pas de révélations fracassantes mais une chronologie des événements qui fait du bien à lire pour comprendre la trajectoire entre son origine en Chine et son arrivée en Europe avant de s'étendre sur le reste de la planète.

 

"Faire le récit le plus complet de cette pandémie"

Avec ce livre, Nicolas Lévine s'extrait du devoir de réserve auquel il est soumis. Un devoir "à géométrie variable, selon si l'on est social-démocrate ou patriote", regrette-t-il. C'est la raison pour laquelle il a choisi de garder l'anonymat. Pas de visage, pas de vrai nom mais un vrai livre pour retracer l'histoire du Covid-19, de son apparition en Chine à la pandémie mondiale.

"Ce que j'écris dans mon livre pourrait me valoir de très gros problèmes", prévient-il d'avance. Pas de révélation fracassante mais l'envie "de faire le récit le plus complet de cette pandémie, boucher les trous". Une chose est promise : "tout ce qui est affirmé dans le livre, c'est que je suis sûr de moi", assure-t-il.

Les origines du virus toujours débattues

À défaut de pouvoir dévoiler des preuves incontestables, Nicolas Lévine émet des doutes sur le laboratoire incriminé en Chine. "L'histoire du laboratoire P4 de Wuhan laisse à croire qu'il y aurait pu avoir une manipulation", soutien-t-il. Selon lui, "il y a autant de chance que ce virus soit né spontanément dans la nature, qu'il soit né dans ce laboratoire qui était dans un état assez lamentable", révèle l'écrivain. Même si techniquement il est aujourd'hui impossible de fabriquer un virus de ce genre, "aucun État, aucune équipe n'est pas capable de le faire", la proximité entre ce plus grand réservoir de coronavirus et le foyer de l'épidémie est "assez troublante".

Le chroniqueur chez Causeur souligne l'attitude du régime chinois depuis le début de la crise. "Ils ont immédiatement censuré, emprisonné les lanceurs d'alerte plus que d'habitude, jusqu'à arrêter des médecins", souligne l'écrivain. "Tout a été fait, organisé, planifié pour qu'aucune information ne filtre", s'indigne-t-il, s'étonnant "que les journalistes qui sont si attachés à la liberté d'enquêter, ne soient pas totalement choqués".

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !