single.php

Manifestations contre les violences policières : "Le gouvernement a fait quelques annonces, mais ce n'est pas assez"

Des centaines de manifestants se sont rassemblés mardi 9 juin Place de la République à Paris pour rendre hommage à Georges Floyd, dénoncer les violences policières et le racisme. Un hommage à genou et en silence pendant 8 minutes et 46 secondes a été observé, c’est le temps pendant lequel le policier a eu son genou sur le cou de George Floyd avant qu’il ne meure. Les manifestants espèrent une vraie prise de conscience. Clément Bargain de Sud Radio était sur place.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés mardi 9 juin Place de la République à Paris pour rendre hommage à Georges Floyd, dénoncer les violences policières et le racisme. © AFP

Reportage de Clément Bargain pour Sud Radio

 

"Ça fait longtemps que je vis le racisme mais je n'ai jamais osé me lever, sortir"

Au milieu de la foule, Marlo et Stéphanie ont du mal à cacher leur émotion : "On est tous pareils, nous sommes tous des êtres humains" affirme Marlo. "Ça fait chaud au coeur de voir des personnes de tous horizons, ça rassemble tout le monde" souligne Stéphanie. Ce rassemblement Place de la République a réuni moins de monde que les précédents mais qu’importe, pour Kalinda, il y a une vraie prise de conscience. "Ça fait longtemps que je vis le racisme mais je n'ai jamais osé me lever, sortir confie-t-elle. Même si je trouve dommage qu'on ait 'profité' de la mort de Georges Floyd pour se réveiller en France, l'essentiel c'est le résultat".

"Nous nous battons pour que plus jamais il n'y ait à poser le genou pendant 8 minutes et 46 secondes, parce que nous sommes en 2020 a expliqué Dominique Sopo, président de SOS Racisme, à l’initiative de ce rassemblement. Lorsque nous disons que nous sommes le pays des droits de l'homme et que la civilisation est aboutie dans nos pays, il faut le montrer ! Il faut être exigeants et faire en sorte que plus jamais, ni aux États-Unis, ni en France ni ailleurs il n'y ait de Georges Floyd ou de personnes qui décèdent parce qu'elles sont passées malheureusement sous les coups de ceux qui estimaient que leur couleur de peau, que leur religion, étaient un crime".

 

 

"Ils ont fait quelques annonces, mais ce n'est pas assez"

Les choses bougent, notamment du côté du gouvernement : Christophe Castaner a annoncé que la technique de l’étranglement serait désormais interdite. Mais selon Yasmina, il faut aller encore plus loin. "Ils ont fait quelques annonces, mais ce n'est pas assez étant donné que le plaquage ventral n'a pas été interdit. On les a poussés à le faire, ça aurait dû être fait depuis longtemps estime-t-elle. Plein de personnes sont mortes sous le coup des violences policières et on ne peut plus accepter ça !"

Le mouvement contres les violences policières et le racisme continue de prendre de l’ampleur, d’autres rassemblements seront organisés dans les prochains jours.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

 

L'info en continu
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/