single.php

Les stocks sont au plus bas : le cri d’alarme des banques alimentaires

Laurence Champier, directrice générale de la Fédération française des Banques alimentaires, était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 8 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
La grande collecte de la Banque Alimentaire se tiendra fin novembre. (©AFP)

À Perpignan, la Banque Alimentaire envisage d’acheter elle-même des denrées, ce qui n’est jamais arrivé en trente ans d’existence.

 

Obligée d'acheter des denrées alimentaires

"La situation générale est la même, confirme Laurence Champier, directrice générale de la Fédération française des Banques alimentaires. Pour la première fois de notre histoire, nous avons été dans l’obligation d’acheter des denrées pour reconstituer nos stocks. Entre mars et mai, ce sont 23% de nos stocks qui sont sortis pour faire face à la crise sociale."

Ce sont des gens jamais vus auparavant ? "Oui, chez nos partenaires, on a vu de nouvelles populations arriver. Beaucoup d’étudiants, notamment en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie, avec la fermeture des universités et des restaurants universitaires, l’impossibilité de faire de petits boulots pour faire face à leurs dépenses. Ils n’avaient plus rien pour se nourrir." A cela s’ajoutent "des personnes en chômage partiel, avec des cantines fermées, des enfants à la maison à l’heure du déjeuner, des entrepreneurs, une multitude de personnes que nous n’avions pas l’habitude de voir."

 

La grande collecte fin novembre

"On attend entre 800.000 et un million de personnes touchées par le chômage dans les mois à venir, souligne la directrice générale de la Fédération française des Banques alimentaires. La collecte générale est fin novembre, les 27, 28 et 29, dans les magasins qui nous ouvrent leurs portes, avec des bénévoles. C’est important que les citoyens se mobilisent. On attend un geste fort de la part de la grande distribution pour abonder et compléter ce que l'on pourrait ne pas avoir durant la collecte."

"La grande distribution nous donne dans le cadre de la lutte contre le gaspillage, rappelle Laurence Champier. On attend cette année un abondement financier ou en produits. Ce sont vraiment des produits alimentaires, des conserves de fruits, de légumes, des plats cuisinés, du café, du thé. Et tous ces produits plaisir, aussi. Il faut donner ce que l’on aurait plaisir à recevoir."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici ! 

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/