single.php

"Les lits de réanimation hors épidémie de Covid sont déjà pleins à 95%"

Lionel Maillet a rencontré les responsables de l'AP-HM de Marseille qui estiment que les capacités en réanimation vont bientôt être saturées à cause de l'augmentation des cas de Covid-19 dans la ville.

Un pompier des Marins-Pompiers de Marseille en tenue de protection anti-Covid-19 emmenant une femme de 84 ans suspectée de Covid-19 à l’hôpital Timone le 15 avril 2020. (Photo by Christophe SIMON / AFP)

La Covid-19 continue de se propager à Marseille où les 25 lits de réanimation dédiés à cette maladie l’AP-HM (Hôpitaux Universitaires de Marseille) risquent très rapidement d’être tous occupés. Dans la Cité Phocéenne, en 8 jours, le nombre de cas graves a été multiplié par deux. Jean-Olivier Arnaud, directeur général de l’AP-HM de Marseille, a donc demandé des renforts : "dans les 15 jours nous pourrons disposer de 17 lits supplémentaires".

Au micro de Lionel Maillet, le directeur précise que l’hôpital a également prévu des "recrutements d’infirmiers pour faire en sorte que tous les patients soient reçus dans les mêmes conditions"

L’objectif est bien évidemment de ne pas être obligés de consacrer tous les efforts aux malades de la Covid-19, d’autres urgences médicales existant en parallèle comme le précise Dominique Rossi, président de la Commission médicale de l’AP-HM. "Ce qu’il faut savoir c’est que ces lits de réanimation hors épidémie de Covid sont déjà pleins à 95%. Donc il y a des malades qui ont besoin de réanimation, et ces malades nous avons comme devoir aussi de les préserver."

Hervé Chambost, coordinateur de la crise dans les hôpitaux de Marseille, appelle à bien respecter les consignes de sécurité sanitaire afin d’éviter au maximum un afflux massif de malades. "Pas question de restreindre les libertés, nous souhaiterions ne pas en arriver là. Mais le respect des mesures barrière, qui fait d’ailleurs sa preuve au sein de l’hôpital, doit être respecté dans tous les lieux de rassemblement."

Pour autant, les médecins de la Cité Phocéenne jugent que la deuxième vague n’est pas aussi grave que la première puisque pendant le confinement Marseille comptait cinq fois plus de malades en réanimation qu’aujourd’hui.

L'info en continu
22H
21H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/