Les Gilets Jaunes doivent-ils vraiment continuer le mouvement ?

gilets jaunes Champs Élysées
Casseurs ou Gilets jaunes, qui sont les responsables du chaos de samedi ? AFP

Les Gilets Jaunes doivent-ils continuer le mouvement ? C'est le débat du jour avec Véronique Jacquier  dans "Info vérité" sur Sud Radio le 28 novembre. Avec pour invités :
- Grégory Martin, secrétaire général de la CFDT Occitanie ;
- Marie-Noëlle, retraitée, et membre des Gilets Jaunes de Montauban ;
- Bruno Millienne, député MoDem des Yvelines ;
- Omar D, chef d'entreprise dans le déménagement, membre des Gilets Jaunes franciliens ;
- José, 47 ans, responsable de chantier dans le bâtiment et membre des Gilets Jaunes franciliens ;
- Alain Giffard, secrétaire général confédéral de la CFE-CGC.

"Info Vérité" est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Mardi 28 novembre au soir, deux porte-paroles ont été reçus par François de Rugy. Hier matin Emmanuel Macron a annoncé hier une concertation dans chaque région pour rendre acceptable la transition écologique. Alors, est-ce que continuer le combat a encore du sens pour les Gilets Jaunes ?

La partie visible de l'iceberg

"Hier les Gilets Jaunes ont gagné deux petites batailles : être reçu par le ministre de la transition écologique, et voir remis au goût du jour la TIPP flottante quand le pétrole est trop cher", souligne Véronique Jacquier.  Au maximum, l’automobiliste gagnera entre 3 et 6 centimes d’euros par litre à la pompe, et encore sous certaines conditions. Mais ces deux batailles ne règlent en rien la lutte pour la hausse du pouvoir d’achat, et aucune des annonces du Président n'est venue calmer les angoisses des classes moyennes. Pire : aucun levier n'a été proposé pour réduire la pression fiscale.

Certains Gilets Jaunes disent : "Emmanuel Macron nous donne un permis de continuer". Mais d'autres Gilets Jaunes, même très déterminés, commencent à être fatigués. "Il n'y a aucun essoufflement, estime Marie-Noëlle, retraitée, et membre des Gilets Jaunes de Montauban. Au contraire, cela donne du punch pour se soutenir. La solidarité est énorme. Les voiture s’arrêtent pour dire "ne lâchez rien, nous, nous allons travailler, nous n'avons pas le choix."

Si jamais le mouvement s'éteint doucement, ce ne sera pas le cas de la colère populaire. Mais les 3.000 manifestants qui restaient mobilisés à travers toute la France sont en fait la partie visible de l’iceberg... "En dessous il y a toute cette France qui soutient encore silencieusement les Gilets Jaunes, estime Véronique Jacquier. Cette France reste en colère. Elle va se servir ou laisser à la maison son bulletin de vote lors des élections européennes en mai prochain."

"Cela fait 18 mois que l'on dit à M. Macron que la méthode est mauvaise, rappelle Grégory Martin, secrétaire général de la CFDT Occitanie. Au final ce sont les moins aisés qui paient la facture. Il faut saisir la main tendue dans les territoires, c’est là que cela se joue."

Cliquez ici pour écouter "Info Vérité" présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

 

 

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio