Les "gilets jaunes" doivent-ils suspendre leur mobilisation ?

Gilets Jaunes
Les Gilets Jaunes toulousains ont tenu dimanche 9 décembre leur première Assemblée Générale. AFP

Après l’attentat de Strasbourg, faut-il que les "gilets jaunes" arrêtent leur mobilisation ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info vérité" sur Sud Radio, le 13 décembre 2018. Avec pour invités :
- Stanislas Gaudon, secrétaire national d’Alliance police nationale ;
- Pierre Martinet, directeur de Windcorp Security Defense, ancien agent de la DGSE ;
- Nadir Kahia, président de Banlieue plus, "gilet jaune" de Gennevilliers ;
- Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat Vigi police ;
- Hervé Maurey, sénateur Union centriste de l’Eure.

Info Vérité est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Plusieurs responsables politiques, parmi lesquels la garde des Sceaux Nicole Belloubet, ont appelé les "gilets jaunes" à avoir le sens des responsabilités. Ces derniers doivent-ils suspendre leur mouvement, au lendemain des annonces faites par Emmanuel Macron et de l’attentat de Strasbourg ?

Des manifestations impossibles à interdire

Les "gilets jaunes" disent qu’un attentat ne règle pas une question sociale dans un pays. Une fois encore, ils comptent donc manifester sans demander d’autorisation et sans service d’ordre. Au risque que les casseurs s’en donnent une nouvelle fois à cœur joie et certains "gilets jaunes" également. Au risque aussi de donner des idées à certains terroristes. Pas moins de 89.000 membres des forces de l’ordre ont été mobilisés dans tout le pays samedi dernier, pour que les "gilets jaunes" puissent battre le pavé sans trop d’incidents et exprimer leur colère. "Mais avons-nous encore envie de voir des centres-villes dévastés et des policiers se prendre des pavés ou des boules de pétanque ?, demande Véronique Jacquier. Le pays vient de passer en urgence attentat, le contexte a changé. Est-ce qu’il ne faut pas avoir un peu de décence en épargnant des forces de l’ordre au bout du rouleau ? Les 'gilets jaunes' sont focalisés sur leurs intérêts particuliers, il faut qu’ils pensent à l’intérêt général".

"Il faut laisser les forces de sécurité souffler, estime Stanislas Gaudon, secrétaire national d’Alliance police nationale. Cette période de fêtes de fin d’année mobilise beaucoup de forces. C’est une période d’affluence dans les magasins, dans les centres commerciaux. Il faut les sécuriser. De plus, depuis bientôt quatre semaines, ce sont à chaque fois des manifestations non déclarées très compliquées à encadrer. Lorsque, comme à Paris, vous mobilisez 8.000 effectifs et avez 15 sites à sécuriser, avec  les casseurs et les radicaux présents, l’équation est un peu compliquée à résoudre. On ne peut pas mobiliser 90.000 policiers tous les jours ! Il y a déjà 23 millions d’heures supplémentaires au sein de la police nationale".
 
Mais le gouvernement n’a pas les moyens d’interdire les manifestations, pour la simple raison qu’elles ne sont pas déclarées et donc, pas autorisées… Emmanuel Macron a souligné, lundi soir, qu’il ne tolèrerait pas l’anarchie. Le chef de l’État peut tout à fait décider de faire évacuer les ronds-points. "C’est une occupation illégale. Certains baraquements sont en train de se transformer en ZAD, souligne Véronique Jacquier. C’est un trouble à l’ordre public. Tous les ronds-points au nord-ouest de Grenoble ont d’ailleurs déjà été dégagés. Les 'gilets jaunes' doivent faire attention. Aller trop loin samedi peut se retourner contre eux".
 
Cliquez ici pour écouter ”Info Vérité” présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

 

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio