Les automobilistes qui ne portent pas de gilet jaune ont eux aussi des attentes

gilets jaunes
AFP

Alors qu'Emmanuel Macron monte au front pour calmer la grogne des "gilets jaunes", en s'exprimant mardi 27 novembre 2018 devant les Français, les automobilistes qui ne portent pas de gilet jaune ont eux aussi des attentes et espèrent que le gouvernement prendra sa part de responsabilité. Clément Bargain de Sud Radio est allé à leur rencontre. 

Cet automobiliste fait tous ses déplacements en scooter, il comprend la mobilisation des "gilets jaunes" même si lui ne souhaite pas se joindre au mouvement : "C'est bien qu'il y ait un mouvement comme ça, spontané. Je ne suis pas forcément d'accord avec la manière dont c'est fait,  il y a des gens qui ont envie de travailler, qui ont envie de se bouger mais qui n'ont pas forcément envie de manifester et on n'a pas le droit de s'en prendre à eux".

Pour lui, cette crispation vient avant tout du gouvernement. Il reste persuadé que les particuliers ne sont pas les bonnes cibles : "Il vaudrait mieux qu'ils calment le jeu parce que les gens en ont assez. Les transports par navires, ça pollue ; l'avion, ça pollue. Je ne vois pas pourquoi ils se précipitent sur les carburants qui sont déjà hyper taxés".

"Il attend que les situations pourrissent pour proposer une demi-mesurette pour satisfaire les gens"

Mais l'Exécutif a déjà prévenu, les taxes ne baisseront pas. Cette automobiliste n'attendait rien du discours d'Emmanuel Macron : "C'est problématique que le président ne se préoccupe pas des Français. Il prend peut-être de bonnes mesures sur le fond, mais c'est mal expliqué, mal amené, et on a l'impression qu'il attend que les situations pourrissent pour pouvoir proposer une demi-mesurette pour satisfaire les gens. Et encore, je ne suis même pas sûre que les gens seront satisfaits, au final".

Certains craignent que la situation ne dégénère : "Il faut qu'on revienne vite à un État qui fonctionne bien et pas à une société de blocage qui pourrait très mal finir. Ça ne peut que se graduer au niveau de la violence".

Pas sûr que le discours d'Emmanuel Macron calme la grogne des "gilets jaunes". Des milliers de Français prévoient déjà de se mobiliser le samedi 1er décembre 2018.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio