Le regard libre d'Elisabeth Lévy - Jean-Michel Blanquer invite les professeurs à travailler plus

Retrouvez le Regard libre d'Elisabeth Lévy chaque matin, du lundi au vendredi, à 8h15 sur sudradio.fr Vous voulez parler de Jean-Michel Blanquer.   Dix jours après le début des épreuves de contrôle continu, le MEN était hier matin l’invité de France culture.  Dans l’affaire Mila, JMB a clairement défendu le droit au blasphème. Lui-même n’hésite pas […]

Retrouvez le Regard libre d'Elisabeth Lévy chaque matin, du lundi au vendredi, à 8h15 sur sudradio.fr

Vous voulez parler de Jean-Michel Blanquer.  

Dix jours après le début des épreuves de contrôle continu, le MEN était hier matin l’invité de France culture. 

Dans l’affaire Mila, JMB a clairement défendu le droit au blasphème. Lui-même n’hésite pas à blasphémer quelques-unes des croyances les plus ancrées chez les enseignants en commençant par la religion bourdivine, terme forgé en référence à l’œuvre du sociologue Pierre Bourdieu"

"Beaucoup de choses faites au nom des théories de Bourdieu ont conduit à plus d’inégalités. – Par exemple ? – Par exemple l’édulcoration des savoirs. Exemple typique : comme la culture classique est bourgeoise il faudrait ne plus la transmettre car elle favoriserait les enfants de bourgeois. C’est typiquement une fausse idée"

Vous ne pouvez pas parler de religion au sujet d’un intellectuel

SI…La reproduction, livre paru en 70, ou plutôt son résumé sommaire, est devenue la bible du monde enseignant. Thèse : l’école favorise et légitime les inégalités sociales. Inégalités devenues la seule boussole. Comme on n’était pas capable d’amener tout le monde au niveau des bons, on a découragé les bons qui sont partis dans le privé. 

En attendant, les professeurs ne sont pas en colère à cause de Bourdieu mais de la réforme du bac. 

Oui, et cet entretien ne va pas les apaiser. Deuxième blasphème, Blanquer s’en est pris au grand secret de polichinelle de l’EN. Baisse du niveau des élèves, mais aussi des professeurs. Le ministre a reconnu que ceux-ci devraient se mettre à niveau dans leur discipline bref qu’ils devraient travailler plus.

"J’assume que nous voulons rehausser le niveau général et c’est la plus ferme des mesures sociales que l’on peut prendre (40). Evidemment au bénéfice de ceux qui n’ont pas d’autre ressources que l’école pour eux"

En supposant que le constat soit juste, la réforme est-elle une bonne réponse ? 

D’abord, le constat est une partie de la solution. Le déni : conduit à la fac des gens qui ne savent pas écrire correctement. 

De plus, par définition, effets négatifs du changement sont immédiats et bénéfices à LT. 

Nombreuses questions. Risque de saupoudrage. Bcp de taches administratives. Mais les cris d’orfraie des pédagos qui trouvent les programmes trop lourds font penser que ça va dans le bon sens. Pour Meirieu, ancien conseiller d’Allègre, le contrôle continu, c’est l’examen permanent. En effet : valorise l’effort dans le but de favoriser l’acquisition en profondeur. 

On dit souvent qu’un MEN est soit ministre des familles, soit celui des professeurs. Blanquer prend le risque d’inquiéter les premières et d’enrager les seconds. Peut-être qu’il est enfin le ministre de l’Ecole. Donc de notre bien à tous.