Le regard libre d'Élisabeth Lévy - Extinction Rébellion ou l'immunité idéologique de l'extrême-gauche

"L’extermination des juifs n’est qu’une connerie de plus dans l’histoire humaine". Tels étaient les propos tenus par Roger Hallam, l'un des instigateurs allemands du mouvement "Extinction Rébellion". Si, en Allemagne et même en France du côté des Verts, les propos ont choqué, Élisabeth Lévy reste indinée du silence de la gauche.

Le regard libre d'Élisabeth Lévy

Retrouvez "Le regard libre d'Élisabeth Lévy" du lundi au vendredi à 8h10 sur sudradio.fr

 

Et si on parlait un peu d’Extinction Rebellion. Non, ils n'occupent pas un nouveau lieu.

Non. Le mouvement écolo radical qui, fin octobre, a occupé la place du Châtelet, bloquant le centre de Paris durant une semaine, n’a pas répondu à l’invitation de Manon Aubry d’occuper le parlement européen. Mais la députée insoumise a récolté un blâme qui l’a fortement contrariée. 

Si on reparle aujourd’hui de XR - sorte de black blocs pacifiques si on ose cet oxymore – c'est pour les propos de Roger Hallam, Britannique de 53 ans, l’un des fondateurs du mouvement à l’hebdomadaire allemand "Die Zeit". "L’extermination des juifs n’est qu’une connerie de plus dans l’histoire humaine" a-t-il dit, affirmant que depuis 5 siècles, il y avait des génocides réguliers. 

En Allemagne, ça a fait scandale. La section allemande de XR est vent debout. Plus encore, son éditeur a lâché Hallam. En France, un communiqué de la section française d'XR se désolidarise ouvertement des propos de Hallam. Par ailleurs, les eurodéputés EELV, Yannick Jadot, David Cormand et Benbassa, ont dénoncé des  « propos révoltants » dans un communiqué du parti. Les amalgames révisionnistes et antisémites n’ont pas leur place au sein des mouvements de protection de la nature et du vivant, ils en sont l'exact opposé.

 

C’est une déclaration idiote, mais ça ne fait pas de son auteur un nazi ?

Alors peut-être que Jean-Marie Le Pen non plus. Il ne vous a pas échappé que cette déclaration était un copier-coller du fameux "point de détail" du 13 septembre 87. Décidément, les chambres à gaz comme point de détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale plaisent aux extrêmes. 

Mais ce qui est intéressant, c’est le "deux poids-deux mesures". Trente ans après la chute du Mur, l'extrême gauche continue à bénéficier d’une curieuse immunité idéologique. 

Suite aux propos de Le Pen père sur le "détail", l'émotion fut immense et unanime. Carrément, le nazisme était à nos portes. Que ce soit justifié ou non, cette histoire a collé à Jean-Marie Le Pen durant trente ans. Pour Hallam, la France Insoumise n’a pas jugé bon de faire un communiqué et Manon Aubry n’a pas retiré son invitation. Et Anne Hidalgo, qui s’était montrée très compréhensive avec ces jeunes gens de bonne famille n’a rien dit. Car ces militants de l’extrême gauche version "Nuit debout" sont aussi les chouchous de Boboland. 

Si ces propos avaient été tenus par un obscur élu RN/LR, on aurait droit à de grandes envolées antifascistes. Cette indignation à géométrie variable prouve que nos résistants d’opérette ne croyaient pas au danger qu’elles dénonçaient