Le dernier ciné X de Paris ferme: "C'était bien et c'était bon, putain !"

Le dernier cinéma X de Paris va fermer ses portes
©Celette

Le Beverley tire sa révérence. Interdit aux mineurs, le dernier cinéma porno de Paris fermera définitivement ses portes ce samedi. Maurice Laroche, propriétaire depuis 1993, a décidé de prendre une retraite bien méritée.

Installé dans sa cabine de projection, Maurice Laroche met en place ses vieilles bobines de films, d'un doigté éprouvé par 26 ans de pratique. Le bruit saccadé de la pellicule caresse les tympans, d'une mélodie qui se teinterait presque de nostalgie à l'heure de se retirer : bientôt la lumière ne jaillira plus du projecteur 35 millimètres. Le projectionniste n'est pas peu fier de présenter sa belle machine de collection.

"C'est un des derniers projecteurs 35, puisqu'on passe tout au numérique ! C'est l'origine du cinéma. Les projecteurs ont été améliorés, mais le déroulement du film est toujours le même".

Un public de tous âges

Du X sur écran XXL, qui attirait encore 500 habitués par semaine. "Evidemment, beaucoup de retraités, mais pas seulement assure t-il : il y a aussi des jeunes: toutes les classes d'âges sont représentées".

"C'est des gens qui ont envie de se faire du bien, moralement, de voir un petit film., ressourcer un peu les batteries..."

Clap de fin ce samedi. La fin d'une époque, se souvient un ami du projectionniste... réalisateur de son état, il se remémore le va-et-vient permanent dans la petite salle.

"C'est un monde qui s'en va ! Lui, c'était vraiment le dernier. Et y avait quand-même du monde. La salle était relativement pleine, elle tournait pas mal, puisque c'était la dernière de Paris."

Les amateurs "orphelins" du porno sur grand écran

75 ans au compteur, Maurice Laroche prend sa retraite. Exit le grand écran, place à des bureaux.

"Je vais laisser des orphelins, des gens qui vont se demander ce qu'il y a après le Beverley... et bah y'a pas grand chose ! C'est la fin d'une époque. Je cite toujours le titre d'un livre de Jean d'Ormesson: 'c'était bien'. Et moi je rajoute en dessous: 'et c'était bon, putain' !"

Avis aux amateurs de souvenirs (ou de fauteuils en skaï rouge): tout le matériel sera mis en vente ce samedi 23 février, jour de l'ultime séance.

Propos recueillis par Louis-Xavier Nicolas

Les rubriques Sudradio