"La rougeole peut être mortelle, visiblement ce n'est pas compris par tout le monde"

La vaccination contre la rougeole encore insuffisante en France ? (©François Guillot - AFP)

Invité du 18h Sud Radio ce mardi, le Dr Jean-Paul Hamon est revenu sur le décès d’une femme de 32 ans au CHU de Poitiers (Vienne) des suites de la contraction d’une rougeole.

Longtemps perçue comme maladie relativement bénigne avec les progrès de la médecine, la rougeole s’est rappelée au bon souvenir des hommes depuis quelques temps en Nouvelle-Aquitaine, avec une épidémie qui a touché près de 269 personnes depuis novembre 2017 selon les autorités sanitaires. Alors qu’une femme de 32 ans est décédée cette semaine au CHU de Poitiers (Vienne), le Dr Jean-Paul Hamon, médecin généraliste à Clamart (Hauts-de-Seine), était l’invité du journal de 18h sur Sud Radio pour réagir à ce drame.

"C’est toujours surprenant, car la rougeole a longtemps été considérée comme une maladie bénigne. Moi-même, au début de mon exercice, je vaccinais assez peu, jusqu’à ce que je sois confronté à une encéphalite rougeoleuse il y a 38 ans. À partir de là, j’ai décidé de vacciner tout le monde sans hésitation. Visiblement, ce n’est pas bien compris par l’ensemble de la population. C’est dommage car la rougeole est une vraie maladie, qui peut être mortelle, et il est capital de se vacciner", assure-t-il.

"Cette épidémie est un peu inquiétante"

Celui qui est également président de la Fédération des médecins de France insiste beaucoup sur l’impérieuse nécessité selon lui de se faire vacciner contre la rougeole. "Il n’est pas trop tard pour se faire vacciner. C’est visiblement une épidémie qui dure et qui s’étend, c’est un peu inquiétant. On connaissait ces épidémies en Afrique noire, où la couverture vaccinale était très insuffisante. Il est vraiment dommage qu’on connaisse ça en France. Certes, les vaccins peuvent avoir des inconvénients, mais ils sont extrêmement rares si on les compare à la gravité des pathologies qu’on risque d’attraper si on n’est pas vacciné", martèle-t-il.

Enfin, impossible selon Jean-Paul Hamon de se tromper sur un éventuel diagnostic. "Si vous avez la rougeole, vous le savez tout de suite : vous avez une fièvre de cheval, vous êtes couverts de plaque, et vous avez certainement été en contact récemment avec quelqu’un qui a eu la rougeole", indique-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview de Jean-Paul Hamon dans le 18h Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio