La montée des extrêmes en Europe est-elle inéluctable ?

Au lendemain des élections en Bavière, la question se pose : la montée des extrêmes en Europe est-elle inéluctable ? Sud Radio ouvre le débat avec Véronique Jacquier  et ses invités :
- Jérôme Sainte-Marie - Politologue, Fondateur de PollingVox, Auteur du livre Nouvel ordre démocratique (Editions Du Moment),
- Jérôme Quéré - Vice-Président du Mouvement Européen France,
- Erik Tegnér - Président du collectif « Racines d’avenir » (qui milite pour l’union des Républicains et du Rassemblement National), Militant LR, et Ex-Candidat à la présidence des jeunes Républicains,
- Nicolas Vidal - Rédacteur en Chef du magazine Putsch.

Thumbnail

Sensation en Bavière : l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), la formation d’extrême droite, a remporté hier 11% des suffrages. Que se passe-t-il ? L’extrême droite monte en puissance alors que la Bavière est une région riche, avec un taux de chômage d’à peine 2,8% ! Le taux de criminalité y est faible. Mais l’AfD a axé toute sa campagne sur la crise migratoire, allant jusqu’à publier une carte des attaques aux couteaux imputés à des migrants depuis 2017.  En Bavière le péril n’est pas économique, mais identitaire, comme partout où monte l’extrême droite en Europe.

Ne pas éluder la question migratoire

Serait-ce la peur diffuse de l’islamisation de l’Europe qui fait ainsi monter les extrêmes ? En fait, les extrêmes montent partout en Europe car les élites européennes n’écoutent pas les peuples. L’homme de la rue ne veut pas de la mondialisation et du multiculturalisme prôné par Bruxelles, Berlin et Paris. Ainsi, en Italie, les Italiens ne sont pas contre l’Europe. Ils sont contre une Europe qui les a laissés tomber pour gérer la déferlante migratoire sur ses côtes. Ils faut que les élites écoutent les angoisses de leur peuple. Si les dirigeants continuent d’éluder à l’échelle de l’Europe la question migratoire, la montée des extrêmes sera alors inéluctable. "Sur l’immigration, les États membres n'ont pas respecté leurs engagements", estime le politologue Jérôme Sainte-Marie. "La démocratie, au départ c'est par et pour les peuples. Aujourd'hui c'est devenu par et pour les élites ", juge quant à lui Erik Tegnér, président du collectif Racines d’avenir. Le terme "d'extrémisme" est porté par les élites pour diaboliser les partis ? Moi je parlerais plus de réveil des populations qui refusent que l'on passe d'une France des églises a une France des minarets".

Réécoutez le débat en cliquant ici

Retrouvez "L'info en vérité" avec Véronique Jacquier, Cécile de Ménibus et Patrick Roger du lundi au vendredi à 9h15 sur Sud Radio.