single.php

Hervé-Jean Le Niger : "Revenir sur la réforme du temps scolaire, une régression terrible"

Par Benjamin Jeanjean

Vice-président de la FCPE, Hervé-Jean Le Niger était ce jeudi l’invité du Grand Matin Sud Radio. Il est notamment revenu sur la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon, qui pourra être abrogée par les maires.

Thumbnail

Parmi les premières mesures promises par Emmanuel Macron une fois son entrée en fonction actée figure un décret sur la liberté des communes, qui leur permettra notamment d’aménager ou d’abroger la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon. Invité du Grand Matin Sud Radio ce jeudi, Hervé Jean Le Niger, vice-président de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Élèves), a réagi à cette actualité.

"Il faut d’abord clarifier les choses. Emmanuel Macron parle-t-il du détricotage des rythmes scolaires sur le temps scolaire ? Si c’est le cas, la FCPE sera vent debout contre ce détricotage. S’agit-il de revenir sur les cinq matinées de cours, ce qui nous semble très important pour la qualité d’apprentissage des élèves ? Ou s’agit-il de revenir sur le temps péri-scolaire et en particulier les nouveaux temps mis en place par le précédent gouvernement ? Il y a une certaine confusion, je n’ose pas imaginer qu’elle soit entretenue mais ça pose un vrai souci…", a-t-il précisé d’emblée.

Pour la FCPE, pas touche au temps scolaire et aux cinq matinées

Le dirigeant reconnaît des ratés dans l’application de la réforme sur le temps péri-scolaire, mais assure que la FCPE s’opposera à toute nouvelle réforme du temps scolaire. "S’il s’agit de revenir sur les nouveaux temps péri-scolaires, on peut entendre qu’il y ait des difficultés. (...) Mais pour la FCPE, il ne faut pas revenir sur la réforme du temps scolaire et sur les cinq matinées. Nous nous sommes rendus compte lors du gouvernement Sarkozy que cette suppression mettait la France bonne dernière dans les classements de l’OCDE en matière de durée de temps de travail pour les élèves (140 jours par an contre 180 jours en moyenne dans les pays de l’OCDE). Faire cette démarche en arrière serait donc vraiment une régression terrible en termes d’apprentissage", explique-t-il.

"Nous ne contestons pas les difficultés pour le temps péri-scolaire"

"Dans le bilan du temps péri-scolaire, il faut reconnaître que c’était devenu payant dans certains endroits, comme à Lyon chez Gérard Collomb. Cela pose un vrai souci puisque ces temps devraient être gratuits, sinon cela n’a pas de sens puisque le postulat était d’offrir à tous les élèves ce service. Il y a aussi eu des difficultés dans le recrutement d’animateurs et dans les transports. Nous ne contestons pas ces difficultés. (…) On peut discuter sur tout, mais on ne revient pas sur les cinq matinées. Si le président Macron procède par ordonnances, comme dans d’autres domaines, pour modifier le cœur du réacteur nucléaire de l’Éducation nationale, il y aura un vrai souci", a-t-il annoncé, avant d’admettre que "la réforme des rythmes scolaires doit passer par une réflexion sur le calendrier national des vacances scolaires", souvent jugées trop longues l’été.

Retrouvez ici l’intégralité de l’interview d’Hervé-Jean Le Niger par Dimitri Pavlenko lors du Grand Matin Sud Radio.

L'info en continu
07H
04H
03H
01H
23H
22H
21H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/