single.php

Grève : les pilotes veulent un médiateur, Matignon dit non

Par Steven Belfils

La grève continue ce samedi chez Air France après que Matignon a rejeté la demande des syndicats de pilotes gréviste de nommer un "médiateur indépendant".

Thumbnail

Ça ne plane toujours pas pour Air France. Même si la compagnie assure être en mesure d'assurer plus d'un vol sur deux, ce samedi, soit une légère amélioration, le mouvement de grève qui entre dans son treizième jour ne faiblit pas. Loin de là! 57% des pilotes de la compagnie sont encore grévistes, selon la direction. Un taux identique à celui du premier jour.

La sortie de crise échoue

Vendredi, on avait pourtant cru à une possible fin du bras de fer entamé entre syndicats de pilotes et direction, au sujet du développement de Transavia Europe, filiale low-cost du groupe. La direction a en effet posé sur la table un "plan de sortie de crise", qui ne touchait pas au projet de développement Transavia France, mais proposait d'employer les pilotes "aux conditions d'exploitation et de rémunération de Transavia France, afin de garantir la compétitivité de cette dernière ainsi que son développement en complémentarité avec le réseau Air France". Proposition rejetée par les syndicats de pilotes qui estiment que cette mesure ne répond pas aux "préoccupations de la profession".

Pas de médiateur

Devant ce dialogue qui semble devenir de plus en plus difficile, le SNPL, syndicat de pilotes majoritaire, a demandé la nomination "sans délai" d'un "médiateur indépendant", condition sine qua non pour mettre fin au mouvement social.Mais du côté du gouvernement, cette requête ne passe pas. Matignon, tout comme la direction d'Air France (dont l'Etat est propriétaire à 16%) ont rejeté cette éventualité.Le mouvement social qualifié "d'insupportable" par Manuel Valls, continue donc. La compagnie estime de son côté perdre "jusqu'à 20 millions d'euros par jour".

L'info en continu
08H
07H
02H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
Revenir
au direct

À Suivre
/