"Gilets jaunes" : comment Rungis prépare les fêtes

gilets jaunes
Photo d'illustration AfP

Bruno Courillon, grossiste en volaille à Rungis pour la Société Eurovolaille, était l’invité de Cécile de Ménibus le 7 décembre 2018 sur Sud Radio dans "La vie en vrai", à retrouver du lundi au vendredi à 6h50.

Comment un grossiste en volaille de Rungis prépare-t-il le pic de ventes de Noël dans ce climat social tendu ? À Rungis, nous entrons dans la période la plus importante de l’année, durant laquelle pas moins de 120.000 tonnes de marchandises seront vendues.

Décembre, un mois qui compte double

Comment le gigantesque marché qu’est Rungis vit-il le mouvement des Gilets Jaunes et les blocages qu’il entraîne ? "Cela fait 42 ans que je fais ce métier, j’ai commencé à 16 ans et j’en ai 58, explique, fataliste, Bruno Courillon. J’ai l’habitude de m’acclimater. Le cas échéant, je fais appel à producteurs d’autres régions pour être approvisionné le mieux possible. Des ennuis, il y en a chaque année. Les autres années, nous avions les problèmes de neige, par exemple. À Rungis, les gens qui travaillent dans la nuit sont solidaires. C’est déjà une activité compliquée de par ses horaires. Nous, sur la volaille, le mois de décembre représente un double chiffre d’affaire. Notre bilan se finit sur le dernier mois de l’année. C’est compliqué, il n’y a pas le droit de se louper".

Comment vont, selon lui, se passer les choses pour les trois semaines à venir ? "Là, certains clients ont entendu que les transporteurs risquaient de faire un blocage. Ils ont donc anticipé leurs achats de la semaine prochaine. Après, il faut être optimiste, cela ne sert à rien de ne pas l’être. Je pense que notre président va être intelligent et faire que le déblocage se fasse. Pour certaines idées, je suis 'gilet jaune', mais le travail avant tout. Ce n’est pas mon métier d’être 'gilet jaune', mais ça peut se comprendre que certaines personnes aient des demandes."

Et pour cette période de fête, que recommande ce spécialiste de la volaille ? "Je vous conseille de manger du traditionnel, une dinde, un chapon. Avant de rechercher quelque chose de nouveau, cherchez la qualité. Gardons déjà ce que l’on fait très bien dans nos sources fermières Label Rouge des Landes ou du Gers. Des artisans travaillent toute l’année pour que l’on puisse manger ces produits fin décembre."

Cliquez ici pour écouter  "La vie en vrai" avec Cécile de Ménibus
 
Retrouvez "La vie en vrai" du lundi au vendredi à 6h50 sur Sud Radio, dans la matinale présentée par Cécile de Ménibus.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio