Gare Saint-Lazare : un cheminot meurt après avoir été heurté par un train

Gare Saint-Lazare
BERTRAND GUAY / AFP

Un cheminot de la SNCF en service est mort heurté par un train mercredi soir, près de la gare Saint-Lazare à Paris. 

Un cheminot de 55 ans a été heurté par un train mercredi soir, en début de service peu après 22H30. Une enquête judiciaire est en cours et une enquête interne a été demandée par le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Selon les pompiers de Paris, qui sont intervenus mercredi soir, le corps de la victime a été retrouvé sur le bord des voies ferrées, à Pont-Cardinet (XVIIe arrondissement). Le cheminot "est décédé à la suite d'un choc avec un train Transilien de la ligne J", a précisé un porte-parole des pompiers.

Le drame a eu lieu "dans une zone extrêmement dense, avec beaucoup de voies de circulation" et, à cet endroit, "la vitesse des trains est élevée", a indiqué un aiguilleur de la gare Saint-Lazare et Pont-Cardinet. La circulation des trains avait été partiellement perturbée mercredi soir après ce décès.

La mort de ce cheminot survient après le décès dans la nuit de mardi à mercredi de deux ouvriers d'une entreprise privée sous-traitante de la SNCF, qui effectuaient des travaux sur une voie ferrée dans les Hautes-Pyrénées. Deux autres ouvriers avaient été grièvement blessés dans une collision entre des engins de chantier à Péré, entre Montréjeau et Tarbes.

Après ce "nouvel accident mortel à la SNCF, à Paris-Saint-Lazare", la CGT-Cheminots "dénonce les conditions de plus en plus précaires du travail, notamment en région parisienne", a déclaré à l'AFP Laurent Brun, secrétaire général du premier syndicat de la SNCF. "Le risque ferroviaire" a été "négligé ces dernières années pour cause de productivité", a déploré M. Brun.

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Alesis NICOLAS
- Samedi 13 octobre 2018 à 13:07
Michel n'était pas un inconscient.
Il adorait son métier, râlait de plus en plus sur ses conditions de travail qu'il schématisait en une pyramide de chefaillons avec une base de plus en restreinte.
La pyramide étroite lui est tombée dessus...
Comment imaginer un métier aussi risqué sans être en binôme? Un pour travailler, l'autre pour surveiller.
Au nom de la rentabilité Monsieur, répondra le Président de la SNCF...

Michel,
Fini ton potager, prétexte à tes excuses pour ne pas naviguer avec moi;
Fini les plâtrées d'huitres qu'on ingurgitait ensemble;
Fini nos discussions interminables sur un monde plus vert.

Quand je croiserai l'ile de Batz sur mon bateau, je lancerai non pas des fleurs, mais des huitres pour qu'elles vivent sauvages.
Kenavo
A bientôt.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio