single.php

Fusillades en plein jour à Montpellier : la police est-elle dépassée ?

Bruno Barttocetti, policier basé à Montpellier, responsable du syndicat Unité-SGP de la Zone Sud (Occitanie, PACA, Corse), était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 2 novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Une impressionnante fusillade a été filmée en plein cœur du quartier de la Paillade, à Montpellier. On pouvait y voir une dizaine d’hommes vêtus de noir échangeant des tirs de pistolets automatiques, tandis que l’on entendait des rafales de Kalachnikov.

 

Développer les Groupes d'Intervention Régionale

"On sait surtout, que ce soit à Montpellier, Marseille ou Nice, que c’est une question de drogue, de règlements de compte ou d’intimidations, rappelle Bruno Barttocetti, policier basé à Montpellier, responsable du syndicat Unité-SGP de la Zone Sud (Occitanie, PACA, Corse). Cela s’est passé en pleine journée. À la vue de tout le monde, on n’hésite pas à tirer pour reprendre un territoire."

Ces quartiers sont-ils hors de contrôle de la police ? "Si on devait vraiment contrôler tous les quartiers de France, il faudrait trois fois plus d’effectifs. Si l’on veut vraiment se donner des moyens en France, on peut travailler dans la direction des GIR, les Groupes d’Intervention Régionale."

 

Entre attentats terroristes et confinement

"Vous avez 430 effectifs en France de GIR, gendarmes et policiers confondus, détaille Bruno Barttocetti. Est-ce suffisant ? Je ne crois pas. Les habitants de ces quartiers demandent juste la paix, de pouvoir travailler et se déplacer tranquillement. Mais à Montpellier comme à Marseille, une cité, c’est 20.000 euros par jour minimum de chiffre d’affaires de trafic."

"Il n’y a aucune règle sinon les leurs, rappelle le responsable du syndicat Unité-SGP de la Zone Sud. Ils n’ont peur de rien, ils le prouvent en pleine journée. La sécurité ne doit pas reposer que sur les épaules de la police. Entre terrorisme et confinement, on a beaucoup de sujets à gérer. Cela fait beaucoup pour la police nationale, c’est très difficile."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
10H
09H
07H
05H
Revenir
au direct

À Suivre
/