"Force civile" : les pompiers en colère contre Mélenchon

Au lendemain des violents orages, le leader de La France Insoumise a proposé de créer une "Force civile". Quid des sapeurs-pompiers ?

pompiers
Pourquoi créer une force civile, alors que la sécurité civile existe déjà ? (AFP)

La proposition de créer une "force civile" faite par Jean-Luc Mélenchon au lendemain des violents orages provoque la colère des pompiers.

"Le seul élu qui n'est jamais venu nous rencontrer"

Jean-Luc Mélenchon, après les violents orages, a proposé de créer une force civile disponible. Les Pompiers de France ont réagi en tweetant : "Les 251.900 femmes et hommes engagés pour une intervention toutes les sept secondes servent à quoi, Monsieur Mélenchon ?" Est-ce une méconnaissance du travail réalisé ? "Ce n’est pas une réaction politique de notre part, explique Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France. Personnellement, c’est la première fois que je m’exprime ainsi. Cela n’a pas de lien avec l’actualité politique."

"Monsieur Mélenchon a été député dans les Bouches-du-Rhône. Nous avons tenu notre congrès dans ce département. Nous avons auditionné le 10 mars dernier tous les candidats à l’élection présidentielle ou leur représentant. C’est le seul élu qui n’a pas répondu et n’est jamais venu nous rencontrer. Sa proposition, en fait, c’est un peu le fil à couper le beurre, réinventer l’eau chaude. Comme beaucoup de politique, M. Mélenchon connaît mal notre système de sécurité."

 

Pompiers : "Des milliers de personnes au quotidien"

"Cette force civile existe : ce sont les Sapeurs-Pompiers de France,  les associations de Sécurité Civile, les formations militaires. Ce sont des milliers de personnes qui, au quotidien, se consacrent à la sécurité des Français, rappelle Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France. Mais également en situation exceptionnelle, comme en ce moment. Que ce soit la sécheresse ou les inondations." La réaction de Jean-Luc Mélenchon n’est-elle que de l’électoralisme ? "À titre personnel, on pourrait parler de populisme. Ce que nous relevons de manière générale est que le personnel politique connaît très mal le système de sécurité."

Justement, en quoi faudrait-il réformer ce système ? "Nous avons trois grands chantiers pour garantir une réponse sur tout le territoire à toute la population. Le respect du maillage territorial, renforcer nos services de santé qui ont fait leurs preuves pendant la crise du Covid, reconnaître les compétences des sapeurs-pompiers en lien avec les urgences. Les sapeurs-pompiers sont au quotidien face à la détresse des populations. Il faut qu’ils fassent de plus en plus de soins d’urgence. Il faut aussi faire face au changement climatique. Hier c’était des orages ; aujourd’hui c’est le Mistral et la Tramontane."

Retrouvez "Le coup de fil du Matin" chaque jour à 7h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”