Faut-il un référendum pour sortir de la crise des Gilets Jaunes ?

gilets jaunes
Samedi 1er décembre, la manifestation des gilets jaunes partira de la gare Saint-Lazare à 13 heures, pour se rendre jusqu'aux Champs Élysées. AFP

Faut-il en passer par un référendum pour sortir de la crise des Gilets Jaunes ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info vérité" sur Sud Radio le 4 Janvier. Avec pour invités :
- Frédéric Saint-Clair, politologue, auteur de "La refondation de la droite" et "La droite face à l'Islam" (éditions Salvator) ;
- Kamal Amriou, cofondateur du Conseil National de la Résistance des Gilets Jaunes ;
- Philippe Juvin, député européen LR ;
- Didier Baichère, député LREM des Yvelines.

Info Vérité est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Un référendum ? Emmanuel Macron y songerait sérieusement. La consultation tomberait le même jour que les élections européennes. Mais pour quoi faire, et pour répondre à quelles questions ?

Quid de la question du pouvoir d’achat ? 

"Pour Emmanuel Macron c’est une façon de s’en sortir par le haut. Et c’est la seule solution, estime Véronique Jacquier. Un Grenelle comme en 1968 avec réunion des corps intermédiaires ? Le président ne croit pas à son efficacité. Une dissolution ? Il prendrait le risque de perdre sa majorité. Un changement de Premier ministre ? Cela ne résoudrait pas les problèmes soulevés par les Gilets Jaunes." En revanche, le referendum semble répondre à ce plus grand besoin de participation aux décisions du gouvernement. Pour autant, il ne permettra pas de régler immédiatement la question du pouvoir d’achat, cruciale pour les Français.
"Nous vivons un grand moment de psychanalyse collective, tout le monde parle et ça fait du bien, estime le politologue Frédéric Saint-Clair. Sauf qu’à un moment, un seul va décider ! Manifestement, le référendum est la solution qu’envisage le Président de la République. Mais Emmanuel Macron est faussement machiavélien. Il profite plutôt des événements, jette des idées en l’air et attend de voir comment elles retombent, sonde autour de lui… On est uniquement dans la tactique, même pas dans la stratégie. Il n’y a pas de vision à long terme. Là où c’est dangereux, c’est que le centre de gravité des Gilets Jaunes, c’est le pouvoir d’achat. Or, il n’est pas possible de poser de questions là-dessus. Emmanuel Macron l’a exclu, on ne va poser que des questions institutionnelles."

Des questions purement institutionnelles

Quelle forme devrait prendre ce référendum ? Il ne devrait sans doute pas porter sur une question unique à laquelle répondre par oui ou par non. "Sinon, la réponse serait dans la question, souligne Véronique Jacquier. Et comme lors de chaque référendum, elle se traduirait par un vote d’hostilité contre celui qui la pose, à savoir Emmanuel Macron." Pour être efficace, il ne peut donc s’agir que d’un questionnaire à choix multiples, toute la difficulté résidant dans le choix des questions. Emmanuel Macron s’inspirera sans doute de celles posées dans sa lettre envoyée aux Français : êtes-vous pour une réduction du nombre de parlementaires ? Pour l’introduction d’une dose de proportionnelle ? Faut-il rendre le vote obligatoire ? "Attention, ce référendum redonnera pour quelque temps de l’oxygène à notre vie démocratique. Mais ces questions ne changent pas fondamentalement le quotidien des Français, prédit Véronique Jacquier. Et si ce référendum se tient le même jour que les élections européennes, si La République en Marche n’arrive pas en tête lors de ce scrutin, Emmanuel Macron ne sera-t-il pas quand même gagnant en en récupérant la dynamique ? Quelle que soit la question posée, le Président s’en sortira très bien ! Il dira aux Français : faisons ce que vous voulez ! Les Gilets Jaunes, eux, seront-ils pour autant calmés ? C’est une autre histoire. Le référendum serait alors l’apothéose du grand débat dans une grande démagogie."
 

Cliquez ici pour écouter ”Info Vérité” présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio