single.php

Faut-il interdire le changement de sexe pour les mineurs ?

Par Jean Baptiste Giraud

Les sénateurs viennent d’adopter un texte visant à encadrer les transitions de genre avant l'âge de 18 ans.

changement de sexe
Rassemblement contre la transphobie, le 5 mai 2024 Place de la République à Paris (Geoffroy VAN DER HASSELT - AFP)

Le Sénat vient de voter un texte visant à encadrer les transitions de genre pour les mineurs. Ce texte interdit avant 18 ans les traitements chirurgicaux et, en grande partie, les traitements hormonaux permettant de transitionner. Mais faut-il interdire le changement de sexe pour les mineurs ?

Un texte tout juste voté au Sénat

Béatrice Denaes, journaliste, vice-présidente de Trans-Santé, s’est appelé Bruno pendant plus de 60 ans. Quel est son regard sur ce débat ? "Pour moi, cette proposition de loi est une honte. Nous allons être un des premiers pays occidentaux à interdire le fait de vivre sa vie comme on l’entend. Cela met le doigt sur le fait que les parents seraient des irresponsables."

Pour autant, l’académie de médecine appelle à la prudence qui doit être de mise, concernant les enfants et les adolescents, dans un âge de la vie perturbant. Et ce d’autant plus que l’opération, ensuite, est irréversible. "En France, comme la plupart des pays, la réalité est qu’il ne peut pas y avoir d’opération avant 18 ans. La seule exception est la torsoplastie."

 

 

 

"En France, il n’y a jamais eu de problèmes"

En février 2019, il a décidé de changer de sexe et de genre. Il s’est fait opérer pour une vaginoplastie, opération de "réassignation sexuelle », qui consiste à transformer les organes génitaux masculins en organes génitaux féminins. Aurait-il pu le faire plus jeune ? "À l’époque, il n’y avait pas de réseaux sociaux, d’influence de qui que ce soit. C’est vrai qu’en Grande-Bretagne, on revient en arrière, ils voulaient faire de la quantité, pas de la qualité. En France, il n’y a jamais eu de problèmes."

"On est dans l’écoute, dans l’accompagnement, pas dans le prosélytisme, affirme la vice-présidente de Trans-Santé. Ici, on ne va pas, dès le premier rendez-vous, vous donner des bloqueurs de liberté." Un contrôle strict a été voté en la matière. "C’est déjà ce qui se passe, cela ne fait jamais avant au moins dix mois."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

L'info en continu
07H
05H
04H
23H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/