Érosion côtière : Capbreton et Saint-Jean-de-Luz sur la liste des 126 communes en danger

Face à la progression de l'érosion côtière, une liste de 126 communes classées prioritaires a été publiée par le gouvernement.

érosion
À Saint-Jean-de-Luz, un phénomène d’érosion côtière depuis de nombreuses années. (Crédit : Wikipedia)

Avec le réchauffement climatique, la côte atlantique est menacée par l’érosion, du Pays Basque à la Bretagne. Capbreton et Saint-Jean-de-Luz font partie de cette liste de communes prioritaires.

Des digues et des transferts de sable contre l'érosion

Cette érosion qui s’accélère est-elle déjà visible ? "Effectivement nous faisons face à un phénomène d’érosion côtière depuis de nombreuses années, confirme Jean-Luc Aschard, adjoint à l’urbanisme et au littoral sur la commune de Capbreton. Nous avons mis en place un certain nombre d’équipements. Des digues et un transfert de sable pour les protéger, avec des épis. Ce sont des choses qui fonctionnent bien."

"Nous avons aussi mis en place une stratégie locale de gestion du trait de côte en 2017, avec un soutien financier du département, de la région, de l’État et également de l’Europe. Sur certaines parties bâties, nous menons une lutte active. Sur d’autres, nous laissons faire la nature."

 

Modifier le plan local d'urbanisme

Et à Saint-Jean-de-Luz, la menace est-elle concrète ? "Pour le moment, peu sur le bâti, détaille Jean-François Irigoyen, maire de Saint-Jean-de-Luz. Le chemin du littoral est déjà parti par deux fois. Aujourd’hui, on doit avoir une lutte active en ce qui concerne la vieille ville, la partie très urbanisée. En revanche, nous avons fait le choix de renaturaliser sur la partie nord, celle des plages."

Peut-on mesurer ce que l’érosion gagne par an ? "C’est difficile à dire, cela dépend des années, explique Jean-François Irigoyen. Cette année, avec la mer conjuguée à la pluie, et la tempête que nous avons connu, nous avons perdu 5 mètres de falaise". "À Capbreton, on constate une érosion de un à trois mètres par an sur les zones non protégées, détaille Jean-Luc Aschard. Toute la partie urbaine est bien protégée, les zones qui ne sont pas protégées, sur le long terme, il faudra être attentif. Nous avons modifié le PLU pour que ces zones menacées à terme ne soient pas urbanisées."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"