single.php

Erdogan appelle au boycott des produits français : quel impact sur nos exportations ?

Stéphane Marchand, rédacteur en chef du magazine Pour l’Éco, ancien correspondant du Figaro à Washington et Jérusalem, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 27 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

La situation est toujours très tendue entre Emmanuel Macron et le président turc, qui a appelé à un boycott des produits français.

 

Des initiatives privées

Quelle influence peut avoir cet appel ? "L’influence du boycott lui-même sera relativement limitée, juge
Stéphane Marchand, rédacteur en chef du magazine Pour l’Éco, ancien correspondant du Figaro à Washington et Jérusalem. La France échange avec la Turquie, mais pas dans des proportions considérables. En ce qui concerne l’effet de contamination au Proche et Moyen-Orient, c’est à peu près 3% du commerce extérieur français."

"L’appel au boycott est vraiment une stratégie de faiblesse, estime-t-il. Plus ils sont forts, plus cela représente que la majorité locale est pas très stable et solide. En Turquie, on sait très bien qu’Erdogan tente de faire une alliance avec l’extrême droite nationaliste et a besoin d’une surenchère anti française pour arriver à ses fins en politique intérieure." Certes, "ce sont des sommes", reconnaît Stéphane Marchand. Mais dans les trois pays où il a lieu, "ce sont des initiatives privées qui sont prises pour se protéger d’un autre boycott par les islamistes locaux. Ils décident de boycotter provisoirement."

 

Pas d'harmonie européenne

L’Union Européenne continue-t-elle à verser des milliards d’euros à la Turquie ? "Elle lui a fait miroiter à une époque le fait d’adhérer à l’Union Européenne. Cette perspective a disparu, mais les relations commerciales et douanières sont assez étroites, et il n’y a a aucune raison pour qu’elles cessent. Malgré les affrontements entre les deux présidents, il y aura un après Erdogan et un après Macron."

Il n’existe pas d’harmonie européenne face à la Turquie ? "Sur le plan économique, l’Union est relativement solidaire autour d’un certain nombre de grands principes. En revanche, politiquement, les positions sont différentes. Je ne suis pas sûr que tous les pays de l’Union sont prêts à publier des caricatures de Mahomet, à prendre des risques de sécurité face à ce qui pourrait devenir une déclinaison terroriste de ce simple boycott commercial."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !
 

L'info en continu
20H
19H
17H
16H
15H
13H
12H
09H
08H
21H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/