En Gironde, les Foulards Rouges en opposition aux Gilets Jaunes

Jean-Pierre Mercier, délégué central CGT du groupe PSA, interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10
AFP

Contestant les blocages et les cassages des manifestations des Gilets Jaunes, certains ont décidé de placer un Foulard Rouge sur leur tableau de bord. Un signe distinctif et un signe de protestation. Reportage.

C’est un signe qui le distingue et qu’il met, la plupart du temps, derrière le pare-brise de son véhicule : "C’est un foulard rouge que je mets sur le tableau de bord pour exprimer ma contestation envers les Gilets Jaunes."

Alex est donc un Foulard Rouge. À 23 ans, cet étudiant en Histoire affiche clairement son opposition aux Gilets Jaunes : "On n’est pas forcément pour les augmentations en gazole. On est juste contre leur manifestation, contre le fait de manifester de cette manière-là. Ce qui me gêne, ce sont les blocages, les cassages, le fait d’obliger les gens à mettre des Gilets Jaunes. Ce n’est pas de la démocratie. On peut manifester de façon pacifique, mais pas comme ça."

Sur Facebook, le groupe des Foulards Rouges girondins compte 375 membres. Ce qui l’inquiète, ce sont les conséquences économiques de ce conflit : "J’en ai ras-le-bol de ces blocages. Je travaille dans une PME où on fait 8 millions de CA. Sur les deux dernières semaines et demi, on a eu 25 000 euros de chiffre d’affaires en pertes nettes. Les Gilets Jaunes réussissent à bloquer toutes les grandes enseignes. Ces grandes boîtes, demain, elles vont se relever. Mais nous, ils nous tuent. Ils tuent les PME. Les blocages, on n’en peut plus, on arrête !"

Les Foulards Rouges n’envisagent pas de se manifester autrement qu’à travers les médias pour l’instant. Et lorsque Alex rencontre un blocage de Gilets Jaunes, il remet son foulard dans la boîte à gant.

Un reportage de Christophe Bernard pour Sud Radio

Les rubriques Sudradio