Divorce : les pères sont-ils les grands perdants de la séparation ?

Raphaël Delpard, scénariste, journaliste et romancier, est l'auteur de “Le combat des pères”, paru aux Editions du Rocher.

 

Thumbnail

En cas de divorce, dans 80% des cas, la garde exclusive des enfants est attribuée à la mère. C'est le point de départ de l'enquête de Raphaël Delpard, journaliste, auteur de “Le combat des pères”, paru aux Editions du Rocher. Il répond aux questions d’André Bercoff sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

"Dans 80 % des cas, les pères sont exclus de ce qui paraît pourtant logique, à savoir, un partage du temps. Les mouvements féministes expliquent que c'est parce que les pères ne le demandent pas. Mais ce n'est pas vrai. Bien souvent, le corpus des avocats a une attitude assez désagréable, et fait en sorte que le père ne soit pas demandeur", explique Raphaël Delpard au micro d'André Bercoff.

Raphaël Delpard : "l'avocat du père en arrive presque à défendre la mère"

"Dans mon livre, j'ai des exemples ou l'avocat dit au père, vous ne parlerez pas au juge. Ils se mettent d'accord sur la résidence en alternance, et d'autres points, mais arrivés devant le juge, l'avocat du père défend tout autre chose. Et cela arrive souvent !"

"Le problème, c'est que le juge aux affaires familiales n'est pas une spécialité. Et en plus, il y a trop de dossiers, et pas assez de moyens. Les audiences durent cinq minutes, cinq minutes pour régler des problèmes de garde d'enfants, de pensions alimentaires, mais surtout de la résidence, où l'enfant et comment l'enfant va vivre. Que les adultes se battent entre eux, pourquoi pas. Mais ce qui est dommageable, c'est que ce sont les enfants qui trinquent, qui souffrent". 

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !