Discothèques fermées depuis un an : "on nous voit comme des parias"

Un an déjà que les discothèques sont fermées à cause du Coronavirus. Sébastien Loger, patron de la discothèque le Bokao’s à Avignon, et représentant du collectif des discothèques PACA et Corse, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 23 mars. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Quand les clubs et discothèques pourront-ils rouvrir leurs portes ? (Crédit : Pixabay)

"Nous demandons juste à être indemnisés"

Après une année sans travailler, certaines discothèques ne rouvriront pas. "Pour nous, la situation est très simple. Cela fait un an que nous sommes fermés. Le gouvernement n’a pas été capable de nous indemniser correctement", explique Sébastien Loger, patron de la discothèque le Bokao’s à Avignon.

"On nous voit comme des parias, comme des gens qui pourraient diffuser le virus, explique le représentant du collectif des discothèques PACA et Corse. On est conscient que, dans un lieu clos, le virus se propagera plus vite. Mais certains clubs, notamment en extérieur, devraient pouvoir rouvrir, pour ne pas rater deux saisons. Nous demandons juste à être indemnisés. Imaginez quand vous touchez 10.000 euros par mois et que votre structure vous coûte 20.000 euros. J’ai été obligé de faire deux PGE, un de 200.000 euros, un de 100.000 euros. C’est comme si je rachetais la moitié de mon fonds de commerce. On ne demande pas plus que d’être aidés à hauteur de notre préjudice."

"Pas de raisons que les discothèques sortent du lot"

Quelle est la situation de la profession après un an de fermeture ? "Elle est catastrophique, juge clairement Sébastien Loger. Les gérants des sociétés n’ont pas été indemnisés, ils ne cotisent pas au chômage. L’état a estimé que nous n’avions pas droit au chômage ni au chômage partiel. Nous n’avons même pas de RSA quand n’importe qui rentrant sur le territoire a droit a des aides. Nous sommes créateurs de richesses, nous employons des gens, mais nous ne sommes pas aidés."

Certains ont-ils bon espoir de pouvoir rouvrir ? "Oui, quand tous les bars et restaurants auront rouvert, il n’y a pas de raisons que les discothèques sortent du lot. Tous ceux qui ont de grandes terrasses en extérieur pourront rouvrir en même temps que tout le monde." Serait-il favorable, pour rouvrir, à des contrôle vaccinaux à l’entrée ou à faire vacciner son personnel ? "Moi je ne suis pas pour. Se faire vacciner, ce n’est pas obligatoire. Et à la vitesse où l’on vaccine la France, on va rouvrir en 2028 !"

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !