single.php

Didier Raoult visé par une plainte auprès du Conseil de l’Ordre : "On lui reproche sa façon d'être"

Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg, était l’invité de Patrick Roger le 4 septembre dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Didier Raoult est visé par une plainte auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins des Bouches-du-Rhône. Qu’en pense Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg ?

 

Un microbiologiste de très haut niveau

C’est la SPILF, Société de pathologie infectieuse de langue française, qui compte 500 praticiens, qui a déposé plainte en disant qu’il a enfreint neuf articles du code de déontologie. Notamment pour avoir utilisé de l’hydroxychloroquine sans recul. "C’est l’unique société savante des infectiologues, explique Stéphane Gayet. Une société bien entendu réputée et qui a autorité dans le domaine de la pathologie infectieuse. Cette affaire est extrêmement complexe."

Que reproche-t-on au professeur Raoult ? "De ne pas avoir fait ses essais thérapeutiques dans les règles, des règles incontournables : nombre de sujets, groupes traités contre placebo, double aveugle, sujets tirés au hasard… On ne peut pas lui retirer qu’il a une énorme expérience. C’est un microbiologiste de très haut niveau ; c’est également un clinicien, qui a fait des études de microbiologie clinique. L’IHS de Marseille a soigné des milliers de patients, il a une énorme expérience. Mais on ne reconnaît pas de valeur scientifique à ses travaux, là est la question."

 

Pas de mise en danger de ses patients

"S’agissant de la toxicité de l’hydroxycholoroquine, on lui a reproché de mettre en danger ses patients, qu’elle pouvait être toxique. Mais en réalité, ce n’est pas le cas. Dans le cas de la Covid-19, on ne conseille pas de la donner à plus de 600 mg par jour, soit trois comprimés. Or, des essais ont été conduits avec des doses très supérieures. Là, on a pu avoir une toxicité cardiaque". "J’ai du mal à entendre cette plainte, confirme l’infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg. Je pense que le professeur Raoult est de bonne foi." Mais alors, s’agit-il d’un règlement de compte ? "Ce qu'on lui a reproché, c’est de faire un peu cavalier seul. Très tôt, en février, il a dit que l’on a séquencé le génome, que les Chinois ont testé l’hydroxychloroquine, que c’était fini et que si tout le monde la prescrivait, la pandémie serait vaincue."

"On lui reproche d’avoir parlé trop tôt, sa façon d’être, estime Stéphane Gayet. Il s’est retrouvé sur le devant de la scène médiatique un peu malgré lui, car à Marseille, il y a beaucoup moins de morts que dans d’autres villes. Il a véritablement eu des succès thérapeutiques. Cette publicité vient de tous les médecins qui ont suivi son protocole. Un collectif le défend car leurs patients sont satisfaits de son protocole. Il faut aussi parler des pays qui ont prescrit l’hydroxychloroquine et ont eu de bons résultats. Je pense au Portugal, à l’Italie, aux Pays-Bas, au Maroc, et il y en a bien d’autres. En France, on a carrément interdit la prescription d’hydroxychloroquine pour la Covid-19. Mais il y a des gens qui en prennent pour d’autres indications."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
11H
10H
09H
08H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/