Des parents en croisade contre la mauvaise qualité des aliments dans les cantines

Des parents d'élèves en croisade contre la mauvaise qualité des aliments distribués dans les cantines

Des parents d'élèves, scolarisés dans le XVIIIe arrondissement de Paris, ont décidé de partir en croisade contre la mauvaise qualité des aliments distribués dans les cantines scolaires.

De plus en plus de parents, soucieux du bien-être de leurs enfants, s'inquiètent du contenu des assiettes distribuées dans les cantines scolaires. Ainsi, plusieurs personnes ont décidé de mener une fronde dans le XVIIIème arrondissement de Paris, afin de protester contre la qualité, jugée médiocre, des menus proposés dans les écoles de ces quartiers nord de la capitale.

"Une nourriture insipide qui n'est pas bonne"

Produits industriels transformés, additifs, sels, conservateurs ou encore colorants, la liste des aliments de mauvaise qualité nutritive, relevés par ces parents d'élèves après des investigations menées durant 3 mois, est plutôt longue. Inquiets à l'idée que leur progéniture puissent consommer ces repas au quotidien, ils ont donc décidé de se mobiliser en lançant une pétition dénonçant cette mauvaise qualité, tout en accusant le prestataire de services Sogeres "de faire ses marges sur la santé des enfants". Cette pétition, disponible en ligne, a déjà recueilli plus de 5 000 signatures.

Il faut dire que près de 15 000 repas sont distribués chaque jour dans cet arrondissement qui s'avère être l'un des plus peuplés de Paris. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les enfants n'apprécient guère la nourriture qui leur est proposée. Cecil, 10 ans, nous a ainsi confié qu'il ne mangeait quasiment jamais le midi. "Soit, c'est trop cuit, soit ce n'est pas bien cuisiné. La purée sent comme du pourri !", explique cet élève de CM2 qui, pour ne pas avoir le ventre vide, préfère apporter "des barres chocolatées" à l'école, plutôt que de manger à la cantine. Un cas loin d'être isolé parmi ses camarades. Une situation scandaleuse pour les parents que nous avons rencontrés et notamment Audrey qui ne décolère pas. "On a l'impression que les efforts ne sont pas portés là-dessus, que nos enfants mangent mal et que ce n'est pas grave parce que ce n'est que des enfants et qu'ils ne vont rien dire", déplore cette mère de trois enfants.

Ayant eu vent de ce combat, le restaurateur Xavier Denamur - patron, entre autres, du restaurant Les Philosophes (IVe) et qui avait brigué un temps la 7e circonscription de Paris lors des dernières législatives - a décidé d'apporter son soutien aux pétitionnaires et en a expliqué les raisons au micro de Sud Radio. "Dans le XVIIIè arrondissement, on a affaire à ce que l'on appelle une 'cuisine centrale'. Avec ces cuisines centrales, je ne sais même pas si l'on peut parler de nourriture puisque l'on a souvent une alimentation à base de surgelés, ou en boîte, ou complètement transformée", explique-t-il ainsi. "Ce sont des fois des sous-vides, remis dans d'autres barquettes, qui sont livrés aux enfants, pré-cuisinés, recuisinés au moins 24h, 48h, voire 72h avant", poursuit-il. "Vous avez donc des produits qui ne sont pas très bons, qui ne sont pas goûteux, qui sont souvent mal cuits et qui sont ensuite refroidis puis reréchauffés", insiste-t-il encore avant de conclure, non sans un certain dégoût : "Vous avez une nourriture absolument insipide et qui n'est pas bonne".

Propos recueillis par Clément Bargain

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Gaudou
- Vendredi 9 février 2018 à 18:37
Monsieur Denamur devrait livrer les cantines depuis son restaurant mais visiblement il n'y connaît rien.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio