Des chevaux et des poneys à la place des remontées mécaniques

En l’absence de remontées mécaniques, poneys et chevaux de trait reprennent du service dans les Hautes-Alpes Gérald Martinez, maire de Saint-Léger-les-Mélèzes (Hautes-Alpes), était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 19 février. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Une belle idée pour faire sans les remontées mécaniques à Saint-Léger-les-Mélèzes. (Photot : Wikipédia)

"On remonte sur une piste verte"

C’est une alternative originale aux remontées mécaniques à l’arrêt. Comment est venue l’idée, à Saint-Léger-les-Mélèzes, de faire appel à des poneys et des chevaux de trait ? "Nous avions des contraintes sur cet hiver. On nous a annoncé l’ouverture des stations et la fermeture des remontées mécaniques, rappelle Gérald Martinez, maire de Saint-Léger-les-Mélèzes (Hautes-Alpes). Nous nous sommes retrouvés devant un dilemme important. Il fallait que l’on gère les flux vu que nous avions des vacanciers. Au mois de décembre, l’ESF et notre centre équestre ont imaginé la possibilité de remonter les enfants avec les chevaux et les poneys."

"Nous avons un cheval de trait ou un poney, selon le nombre d’enfants : un enfant derrière un poney, une dizaine derrière un cheval de trait, explique le maire. On remonte sur une piste verte pour permettre aux enfants de progresser, au moins de s’initier au ski dans la station. Cela nous a permis d’avoir une distanciation correcte. Ils paient une participation pour le centre équestre. Du coup, les enfants sont contents, les parents aussi. Nous avons aussi les chiens de traîneaux, l’ouverture des téléskis pour les licenciés FFS. Cela a permis de passer des vacances de Noël intéressantes, cela a énormément plu. Nous avons donc réitéré la chose pour les vacances de février."

"Les CDD sont restés au bord de la route"

Une telle idée correspond aussi à l’esprit d’une station familiale comme celle de Saint-Léger-les-Mélèzes. "Nous avons beaucoup de centres de vacances, trois sur le village, rappelle Gérald Martinez. Malheureusement, nous n’avons pu accueillir les colonies de vacances, mais quelques classes de neige. Cela a permis de garder de l’activité pour les commerçants."

"Nous avons d’énormes difficultés en montagne, rappelle l’édile. 50% des personnes ont été embauchées, les saisonniers ont été repris, mais les CDD sont restés au bord de la route, malheureusement. En termes d’image là, c’est une bonne chose. Cela montre que l’on arrive à s’adapter, à satisfaire la clientèle fidèle et la nouvelle clientèle qui a pu venir sur le village. Nous avons besoin de mettre un peu de baume au coeur, de garder le moral."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !