single.php

De futures unités mobiles de réanimation pour équiper les hôpitaux

David Labeau, porte-parole d’Assar France Architects, était l’invité de Patrick Roger le 9 novembre dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Avec le groupe italien Mangini, spécialisé dans la cloison amovible, Assar France Architects réalise des unités de réanimation mobile.

 

Une mise en place rapide sur site

"Ces unités ont été conçues pour répondre aux besoins d‘urgence des centres hospitaliers, explique David Labeau, porte-parole. Elles ont été conçues sur un principe de plug and play, et peuvent être mises en place de façon extrêmement rapide sur site."

"On a mis le soin au cœur de la conception de ce petit projet, montable, démontable, transportable pour répondre à des besoins ponctuels en fonction de la crise actuelle ou dans le futur. C’est un système modulaire qui peut aller de 5 à 30 lits, par palier de 5. On a conçu un système où les soignants sont au cœur d’une petite unité de cinq lits."

 

Trop tard pour la deuxième vague

"C’est un espace de travail conforme aux exigences les plus pointues des besoins hospitaliers, pas quelque chose qui semble temporaire", explique-t-il. Conçu par un groupement, deux industriels italiens, un bureau d’études français et Assar, "c’est quelques chose de totalement fini en sortant d’usine. Il arrive sur site avec une qualité de conception digne d’un bloc de soins intensifs classique." Une solution validée par la conférence des directeurs généraux de CHU : "un concours a été lancé dès le mois d’avril. Nous avons été lauréats d’un marché, c’est commandable instantanément via la centrale d‘achat des hôpitaux français."

Quid du déploiement ? "Au niveau du délai, il y a la fabrication et l’installation sur site. On a vu à Mulhouse que les tentes militaires ont mis plusieurs semaines à être installées. Nous pouvons déployer ce système dans un délai beaucoup plus rapide que cela. On a vraiment quelques chose de totalement fini, avec tous ses équipements, sa technique. On vient, on le branche, il est utilisable. Cela met moins de deux semaines pour être installé sur site, mais quelques mois de fabrication sont nécessaires." Est-ce trop tard pour cette deuxième vague ? "Nous attendons que les commandes nous arrivent. Pour la seconde vague, c’est compliqué."

 

Retrouvez « C’est  à la une »  du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Cliquez ici pour écouter « C’est  à la une »

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici ! 

 

L'info en continu
17H
16H
15H
14H
13H
12H
09H
08H
21H
20H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/