David Belliard : "Il faut commencer à discuter avec le Parti socialiste et Anne Hidalgo"

David Belliard était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 18 mai 2020 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

David Belliard, candidat Europe Écologie Les Verts à la mairie de Paris, le 10 mars 2020 à Paris. (Photo by CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / various sources / AFP)

Emmanuel Macron a cité et fait un hommage au président Charles de Gaulle lors de sa visite dans l’Aisne, le 17 mai 2020. Il y a célébré "l’esprit français" et l’union nationale face à la crise. David Belliard, candidat Europe Écologie Les Verts (EELV) à la mairie de Paris et président du groupe écologiste au Conseil de Paris, estime qu’effectivement cette union a eu lieu, lors de son interview avec Patrick Roger sur Sud Radio le 18 mai 2020.

"Les Français et les Françaises ont globalement bien respecté les règles du confinement" ."Il y a une forme d’union, en tout cas de mobilisation générale contre cette épidémie." Pour autant, "l’union ne veut pas dire que le débat politique s’arrête". Le candidat met en avant que son parti a "un certain nombre de désaccords" avec le gouvernement. "Sur la manière dont a été gérée la crise, notamment avec la pénurie de masques, la pénurie de tests" ainsi que sur "les injonctions contradictoires".

Le débat continue donc et "le débat politique est particulièrement important sur l’après : qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Quel modèle économique, quel modèle social ?"

"Macron cherche les habits pour devenir un véritable Président"

Concernant les propos du Président qui a cité Charles de Gaulle, David Belliard estime que "Macron cherche les habits pour devenir un véritable Président et de Gaulle c’est le grand Président". Il est, pour l’élu, "un grand personnage de l’État". Toutefois, Charles de Gaulle n’a pas été qu’un chef de guerre. "Il a été aussi le Président qui a permis de faire la Sécurité sociale et permis de mettre notre système de protection sociale en route" et David Belliard espère qu’Emmanuel Macron ne l’oublie pas. "Parce que c’est de ça dont nous avons besoin aujourd’hui".

Les médailles aux soignants ne sont qu’un "symbole"

Sur les médailles promises aux soignants et leur hommage annoncé le 14 juillet lors de la Fête nationale, pour le candidat EELV "on est encore dans l’ordre du symbole". "Mais est-ce que c’est vraiment de ça dont nous avons besoin ? Non".

"Aujourd’hui, ce qu’on attend c’est de l’argent pour les services publics hospitaliers", "une revalorisation de leur salaire" ou encore "une amélioration de leur qualité de travail". "J’ai l’impression qu’on donne des hochets à voir aux gens, un peu comme le pain et les jeux sous Rome, et qu’on met sous le boisseau la réalité des besoins".

"Il faut rouvrir les parcs et les jardins"

Le maintien des jardins fermés à Paris est "une injonction contradictoire" puisque le gouvernement dit "vous pouvez aller dans les magasins, vous pouvez aller dans les centres commerciaux de moins de 40.000 mètres carrés où il y a des espaces confinés", et d’un autre côté "on nous dit : il y a interdiction d’aller dans les parcs et les jardins". "C’est complètement absurde", estime-t-il.

Dans une ville comme Paris, "extrêmement dense", les habitants ont "besoin d’avoir un contact avec la nature". "Oui, il faut rouvrir les parcs et les jardins". Mais naturellement, "sous conditions" et notamment "le port du masque obligatoire dans l’espace public", masque qui doit être "gratuit et remboursé par la Sécurité sociale".

"Récupérer de la place sur les parkings de stationnement"

Pour relancer le commerce, et notamment les bars et restaurants lorsqu’ils pourront rouvrir, David Belliard est favorable à quelques aménagements de l’espace public. "Ce qui est une bonne idée c'est de récupérer de la place sur les parkings de stationnement." Il propose "qu’on transforme les places de stationnement aujourd’hui dédiées aux voitures et on en fait autre chose." Une idée pourrait être d’élargir les terrasses, notamment permettre aux restaurants, bistrotiers et cafés de "retrouver des marges de manœuvre durant l’été". Il faut aider les commerçants "mais sous conditions" : zéro déchet, zéro plastique, pas trop de bruit… "Nous avons besoin de changer de modèle". "Les bistrots et les commerçants, amenons-les vers un autre modèle".

"Des pistes cyclables qui aillent de Paris vers la banlieue"

Au niveau de la mobilité, David Belliard estime qu’il faut développer le vélo "qui est beaucoup utilisé". "Il faut arrêter de dire que le vélo ne permet pas d’aller travailler en dehors de Paris". Et pour développer son utilisation, il propose de "faire des pistes cyclables qui aillent de Paris vers la banlieue" et développer "une utilisation collective des voitures". "Il faut favoriser massivement le covoiturage".

Naturellement, il y a des personnes "qui ne peuvent pas faire autrement" qu’utiliser leur voiture. Ils doivent donc pouvoir l’utiliser.

"Il faut commencer à discuter avec le Parti socialiste et Anne Hidalgo"

Pour ce qui est de l’organisation du deuxième tour des municipales en juin, le candidat s’en remet au Conseil scientifique. "On doit respecter d’abord la santé des gens donc on va voir le Conseil scientifique pour organiser le deuxième tour des municipales. Si le Conseil scientifique dit qu’il y a des zones d’ombres je ne serai pas favorable à un deuxième tour en juin".

Le candidat ne nie pas la possibilité d’une alliance pour le deuxième tour des municipales à Paris. "Il faut commencer à discuter avec le Parti socialiste et Anne Hidalgo." "Je pense qu’il faut faire une coalition, je pense que nous ne pouvons pas réussir à répondre aux grands enjeux de la ville et de la crise sanitaire si nous le faisons seuls".

Inversement, il a une nouvelle fois exclu une alliance avec La République en Marche estimant que son départ du ministère de la Santé, en ayant connaissance de l’épidémie, est un fait "invalidant pour prétendre à la mairie de Paris".

 

 


Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !