Dans les gares, les guichets sont en voie de disparition

Illustration grève SNCF (©KENZO TRIBOUILLARD - AFP)
Photo d'illustration (©KENZO TRIBOUILLARD - AFP)

En PACA, 6 gares seront bientôt dépourvues de guichets et une vingtaine d'autres verront leurs horaires d'ouverture réduits. Partout en France, la SNCF pousse à l'utilisation d'Internet et des bornes automatiques.

 

La dématérialisation et l'automatisation en marche à la SNCF. Le groupe ferroviaire a entamé une restructuration qui passe par l'évolution des postes de ses employés. Premières victimes, les guichets. La région PACA initie le mouvement, puisque ce sont pas moins de 6 gares qui en seront dépourvues.

Et dans une vingtaine d'autres gares de la région, ce sont les plages horaires d'ouverture des guichets qui seront réduites. Un peu partout en France, la SNCF cherche donc à pousser les usagers à utiliser Internet et les bornes automatiques.

La borne SNCF, Fabienne n’a aucun mal à l’utiliser : "C’est juste pour échanger un billet, donc ça devrait être bon. Mais des fois, quand on veut faire autre chose, je pense que c’est plus facile d’avoir un échange avec une personne, de pouvoir expliquer vraiment ses problématiques, plutôt qu’à une machine à qui on ne peut rien expliquer."

Mais pour Dominique, l’écran tactile, c’est une épreuve : "Les bornes, ça me fait braire. Il n’y a jamais rien qui fonctionne comme je veux. C’est bon pour les jeunes, pas pour les vieux comme moi !"

Pour modifier son billet, Johanny, lui, ne jure que par la billetterie : "J’ai un billet un peu spécial donc je ne vais pas à la borne. J’arrive de Saint-Raphaël où il y a 6 guichets. Les dames me disaient qu’ils allaient fermer tous les guichets et qu’il faudrait se débrouiller. Papy et Mamie devant les petits appareils, ils vont faire comment ?"

Une situation qui inquiète Céline, guichetière depuis 5 ans : "Dans la gare où je travaille, on a encore une clientèle importante qui se présente au guichet. Je ne sais pas comment ça va se passer dans les années à venir pour eux. Dans l’avenir, je crains pour nos postes, qui seront sûrement supprimés. Qu’est-ce qu’on va faire de nous ?"

D’ici 2026, Guillaume Pépy, patron de la SNCF, prévoit la disparition de près de 15 000 postes.

Un reportage de Léa Guedj pour Sud Radio

 

Les rubriques Sudradio