single.php

Armelle Le Bigot Macaux : "On nous traite comme des enfants en nous demandant de rester chez nous"

Par La Rédaction

Armelle Le Bigot Macaux, présidente de l'Ecole des Grands-parents européens, était l'invitée de Philippe Rossi vendredi 28 août dans l’émission "Les vraies voix de l'été" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à partir de 17h.

Les grands-parents sont invités à ne pas aller chercher les enfants à l'école à partir de la rentrée. Une recommandation qui agace Armelle Le Bigot Macaux, invitée des Vraies voix de l'été sur Sud Radio. JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Alors que Jean Castex a préconisé aux grands-parents de ne plus venir chercher leurs enfants à l'école à partir de la rentrée, la colère monte chez les papys et mamies qui se sentent traités comme des enfants.

Des grands-parents perdus

Les nouvelles consignes dévoilées par le gouvernement à l'intention des personnes âgées ne permettent pas d'y voir plus clair. "On n'y comprend plus rien", regrette Armelle Le Bigot Macaux, la présidente de l'Ecole des grands-parents européens. "On nous a dit au déconfinement que les plus de 65 ans devaient rester chez eux au même titre que les résidents d'Ehpad", se souvient-elle, soulignant "l'amalgame" entre ces "deux générations". 

"Il se trouve qu'on ne nous a plus rien dit pendant les vacances parce qu'on avait besoin de nous", déplore Armelle Le Bigot Macaux. Ce qui a permis aux grands-parents de recevoir leurs enfants et leurs petits-enfants, puisque "tout le monde restait en France et que les grandes maisons étaient assaillies", note la présidente de l'association.

Des liens repensés mais retrouvés

Mais à une semaine de la rentrée, le gouvernement s'est de nouveau prononcé et a demandé aux grands-parents de ne pas amener ou venir chercher leurs enfants à l'école. "À une semaine de la rentrée, on nous dit de rester chez nous, qu'on n'a plus besoin de nous", s'indigne la présidente de l'Ecole des grands-parents européens. "On a pourtant passé l'été à organiser la rentrée et à calmer les petits-enfants extrêmement inquiets", rapporte-t-elle.

Durant l'été, les grands-parents se sont en partie adaptés aux nouvelles relations avec leurs petits-enfants. "On a retrouvé des liens à travers des gestes responsables", affirme Armelle Le Bigot Macaux. "On nous traite comme des enfants en nous demandant de rester chez nous", dénonce-t-elle, trouvant cette manière de procéder "très ennuyeuse". "On est prêt à maintenir les gestes que l'on a inventé cet été pour maintenir le lien, aucun de nous n'a envie de mourir", rassure la représentante des grands-parents.

 

Cliquez ici pour écouter "Les vraies voix de l'été" avec Philippe Rossi

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
16H
14H
13H
12H
11H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/