Afflux de touristes à Cassis: "Y'a du monde, pardi !  On se croirait le 15 août"

Faut il s'inquiéter de l’affluence sur les bords de la méditerranée? À défaut d’être les bienvenus sur la Côte-d'Azur qui sera confinée les week-ends, de nombreux touristes se rabattent vers d’autres stations balnéaires du sud. Notamment à Cassis où les habitants s’inquiètent de voir tant de monde.

Les calanques de Cassis. (BORIS HORVAT / AFP)
Reportage Sud Radio de Lionel Maillet

 

Quelques courageux sont à l’eau. Chaussures de randonnée sur le sable, Véronique qui arrive d’Alsace préfère profiter sur soleil et de la vue sur les immenses falaises du Cap Canaille. "Il fait très doux. C'est magnifique, c'est la Provence, y'a un beau bleu, toutes sortes de bleus, la mer est belle !" Sur le port de Cassis, même privé de terrasses et de cafés, beaucoup de familles qui ont traversé la France pour les vacances.

"On est arrivés samedi de Paris. On se croirait au printemps. On en avait besoin, on étouffait dans notre appartement à Paris. Cassis, parce-que c'est loin de Nice est y'avait pas de problème".

Pour autant, "c'est vrai que les distanciations ne sont pas toujours très respectées", concède l'un de ces touristes. Haut lieu touristique, la petite station balnéaire est habituée à recevoir du monde. Mais dans le contexte actuel, cette affluence inquiète certains habitants comme ces retraités:

"Je pense pas que ça soit très bon que tout le monde vienne dans le sud. Je trouve que les gens se laissent trop aller. Par exemple ici sur le jeu de boules, vous venez l'après-midi il y a cinquante personnes. Avec une affiche sur le panneau qui interdit de jouer sans masque, les gendarmes qui passent et ne disent rien"

 

Tout prés d’ici, c'est le Parc national des Calanques qui est pris d’assaut. Particulièrement les week-ends, aussi bien sur les parkings que sur les sentiers de randonnée.

 

"Y'a du monde, pardi !  On se croirait le 15 août. Beaucoup d'étrangers, de parisiens. Un confinement, ça pourrait arriver. L'hésite à partir dans ma maison en Bretagne... Les jeunes qui ne mettent pas le masque ! Il faut bien continuer à vivre, on ne va pas se renfermer chez soi..." - Propos entendus à Cassis