Abdelaziz Bouteflika : les Algériens de Marseille sont inquiets

Abdelaziz Bouteflika
Les manifestations contre Abdelaziz Bouteflika, président candidat à sa réélection, se poursuivent. AFP

L’Algérie est toujours sous tension, les promesses d'Abdelaziz Bouteflika n’ont pas calmé la rue. Les manifestations contre le président candidat à sa réélection se poursuivent, malgré l’annonce d’élections anticipées pour lui trouver un successeur. En France, la diaspora algérienne est dans l’inquiétude. Si beaucoup d'Algériens comprennent la contestation, ils sont aussi très nombreux à avoir peur que le pays ne bascule dans le chaos. C’est le cas des Algériens que Lionel Maillet, de Sud Radio, a rencontrés à Marseille.

"Il n'y a pas une famille en Algérie qui n'a pas souffert dans sa chair"

Salim vient tout juste de rentrer des Aurès, une région montagneuse du Nord-Est de l’Algérie où des manifestants ont récemment arraché le portrait du président Bouteflika. "Ce qui nous importe le plus à nous, ayant de la famille là-bas, c'est que le pays ne sombre pas dans le chaos. C'est ce qui nous fait le plus peur. On a souffert pendant plus de vingt ans par rapport aux événements tragiques qu'il y a eus, la guerre civile avec 200.000 morts, il n'y a pas une famille en Algérie qui n'a pas souffert dans sa chair."

Hassen qui travaille dans la restauration rapide à Marseille, soutient les manifestants mais, pour autant, il est convaincu que le changement n’est pas près d’arriver. "Est-ce que c'est Bouteflika qui gère, à la base ? Ce n'est pas lui qui doit partir, c'est ça le problème ! Son équipe, son frère, son entourage... Parce que lui, il est malade. Il a l'âge de mon père ! Il a travaillé pour l'Algérie mais il est malade, il ne peut pas gérer."

"Si ce peuple-là n'est pas écouté, on risque un chaos social"

Pour Kamel, la promesse d’une élection anticipée ne lui sert qu’à gagner du temps. Il se dit que, d’ici la présidentielle du 18 avril 2019, il peut encore se passer beaucoup de choses : "On a encore du chemin et on espère qu'il prendra raison et qu'il entendra le peuple, qu'on essaiera de continuer à construire le pays. Si ce peuple-là n'est pas écouté, on risque un chaos social".

Les Franco-Algériens marseillais manifesteront une fois de plus contre leur président le week-end prochain.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio