6 millions d'euros par heure : la facture colossale de la France pour son importation d'électricité

6 millions d'euros par heure, tel est le montant dépensé toutes les heures en tant qu'importateur d'électricité. Ce montant pose question.

électricité
Thierry Bros, professeur à Sciences Po et spécialiste des questions énergétiques, affirme que la France dépense 6 millions d'euros par heure en importateur d'électricité.

ELECTRICITE : 6 millions d'euros par heure pour l'importation, tel est le montant que la France dépense toutes les heures. À l'heure où les coupures de courant sont redoutées dans toute la France pour cet hiver, cet énorme montant pose question.

"Ce débat est absurde. Le rôle des autorités publiques, des entreprises publiques, ce n'est pas de transférer la peur, ni de gouverner par la peur [...] Le rôle du Gouvernement, des ministres, des opérateurs, c'est de faire leur travail pour fournir de l'énergie, c'est tout ! [...] Ensuite, c'est d'appeler chacun à la responsabilité pour qu'il y ait de la sobriété. C'est pas de commencer à faire peur aux gens avec des scénarios absurdes et des choses comme j'ai entendu ces dernières heures. Stop à tout ça ! Nous sommes un grand pays, on a un grand modèle énergétique, nous allons tenir cet hiver malgré la guerre et donc je demande à chacun de faire son travail. Le travail d'EDF, c'est de faire tourner les centrales, le travail du Gouvernement, c'est qu'il y ait une planification, le travail de tout le monde, c'est qu'on déroule la sobriété. Les scénarios de la peur, pas pour moi ! On reste tous unis et on avance."

Emmanuel Macron s'est vivement exprimé mardi à Tirana en Albanie suite aux inquiétudes quant à d'éventuelles coupures de courant chez les ménages Français.

En matière d'importation d'électricité, la facture s'élèverait à 6 millions d'euros par heure pour la France, selon Thierry Bros, professeur à Sciences Po et spécialiste des questions énergétiques sur l'antenne de Sud Radio.

Aujourd'hui, la France bat un record d'importation d'électricité, 14 875 mégawatts ce soir à 21h selon Fabien Choné, consultant énergie et cofondateur de Direct Énergie au micro de Jean-Jacques Bourdin, soit l'équivalent de 15 réacteurs nucléaires.

Les réacteurs nucléaires, il nous en manque "une grosse vingtaine" pour Philippe Charlez, expert en énergie à l’Institut Sapiens dans Parlons Vrai chez Bourdin, "On dispose à peu près de 60 réacteurs nucléaires en France et il y en a [..] 37 qui fonctionnent donc il en manque 23", "Les importations couvrent ce qu'il nous manque" conclut Thierry Bros. Cette importation vient essentiellement d'Allemagne (environ 8 000 mégawatts). C'est plus de la moitié des importations de la France même si la France se fournit un peu partout eu Europe au prix du marché selon Fabien Choné.

Une fois ce montant astronomique dévoilé, une question se pose : cette électricité que nous achetons est-elle plus chère que l'électricité que nous produisons nous-même ?

"On est dans un marché absolument général et européen donc elle n'est pas nécessairement plus cher" souligne Philippe Charlez avant que Fabien Choné ne rajoute qu'elle est beaucoup plus cher par rapport à notre coût moyen de production. D'autant plus que, comme le souligne Thierry Bros, "on importe de l'énergie d'Allemagne qui est extrêmement carbonée". "La pollution par mégawatts produite en Allemagne est aujourd'hui supérieure à celle en Afrique du Sud ou au Nigéria [...] L'Allemagne est plus sale que ces pays-là".

Malgré cela, la France a un passé d'exportateur. "Avant c'était le contraire, on exportait [...] Depuis le début de cette année, je ne sais pas si nous avons exporté un seul mégawatt d'électricité" avoue Philippe Charlez.

"Il y a encore quelques périodes où on est exportateur net [...] Aujourd'hui, on va exporter de temps en temps vers la Suisse ou l'Italie mais en net, globalement, on est toute la journée importateur [...] On est exportateur net encore un petit peu cette année, quelques rares moments où effectivement on va avoir une très faible consommation et une production suffisante pour exporter, mais c'est très rare cette année" ajoute Thierry Bros.

En plus de cette réaction du président de la République qui n'a pas manqué de faire réagir, Laurent Méric, le porte-parole du groupe Enedis a déclaré mardi que les patients sous assistance respiratoire sont "non-prioritaires".

L'intégralité de l'entretien est à retrouver sur l'application Sud Radio, le site internet ou encore la chaîne YouTube de la station.

Retrouvez Parlons Vrai chez Bourdin du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio.