• Avec le 14 juillet et la finale du Mondial, la France va vivre un week-end bleu, blanc, rouge

    Soumis par MathieuDH le Vendredi 13 juillet 2018 à 10:13
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    Entre les commémorations du 14 juillet et la finale du Mondial entre la France et la Croatie, le pays s'apprête à vivre un week-end bleu, blanc, rouge

    Nous sommes à la veille du 14 juillet, à deux jours d'une finale de coupe du monde qui rassemble des millions de Français. On peut jouer les mauvais coucheurs, on peut déplorer que les êtres humains éprouvent le besoin de se rassembler autour d'un drapeau. C'est un contresens. La ferveur patriotique n'a rien à voir avec la haine des autres mais elle peut ouvrir à l'universel quand elle offre à des individus la possibilité de se souvenir qu'ils ont une histoire en commun et un destin à construire ensemble. Bien sûr, ce que nous évoque le 14 juillet dépasse de beaucoup le spectacle du football. C'est à la fois la révolution, le peuple tout à coup souverain, uni face aux monarchies qui veulent lui faire rendre gorge, la fête de la fédération de 1790, c'est-à-dire le rassemblement de la France dans sa diversité historique régionale. Et puis, ce sont tous ces moments où des Français sont morts pour que nous soyons libres. Mais cela ne nous empêche pas de savourer le bonheur d'une finale.

    Beaucoup espéraient une finale contre l'Angleterre. Ça aurait eu du panache. Mais c'était presque une joie mauvaise qui les animait. Il y avait presque un côté jugement de Dieu : ces Anglais ont eu le culot de voter le brexit, la fatalité doit les condamner. Alors, ce sera plutôt la Croatie, dont les Français connaissent bien un peu l'histoire. Le contentieux n'est que footbalistique. Il est à notre avantage. Nous verrons qui des Français ou des Croates a le plus envie. Qui veut encore conquérir. Car c’est aussi ce qui nous manque depuis quelques années. En foot, mais c’est anecdotique, mais surtout dans tous les autres domaines.

    Cependant, lundi, la vie reprendra son cours quelque soit le résultat. Un rassemblement populaire et joyeux n'a jamais effacé les tensions, les injustices et les frustrations. Mais l'intensité de la joie qui s'est manifestée après la demi-finale nous raconte aussi à quel point ce peuple cherche désespérément les moments de communion nationale. Ce peuple qui s'est rassemblé dans le malheur le 11 janvier 2015, qui a voulu crier sa fierté d'être français, de croire en la liberté, est depuis trop longtemps privé de ce patriotisme positif qui permet de dépasser l'isolement des individus, simples rouages de la machine économique, et de construire une société, si possible à peu près juste, garantissant la liberté de chacun, lui permettant de trouver la voie vers son bonheur, bref, une société vivable.

    >> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast

     

    FacebookTwitter
  • Le gouvernement veut responsabiliser sur les risques des incendies de forêt

    Soumis par MathieuDH le Vendredi 13 juillet 2018 à 09:12
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    Comment lutter efficacement contre les incendies de forêt ? Éléments de réponse avec Christine Bouillot.

    Chaque été, c'est le même constat, les incendies de forêt nous offrent des images à la fois spectaculaires de luttes aériennes des pompiers, mais surtout des images d désolation.

    Souvenez-vous de l'été 2017, 24 000 hectares sont partis en fumée sur tout l'arc méditerranéen, il 'agissait d'une année record depuis 15 ans en France. On a encore en image ces habitants obligés de fuir et de se réfugier sur les plages du coté de La Londe-les-Maures (Var). N'oublions pas que 90 % des départs de feux de forêt ont pour origine les activités humaines. La moitié d’entre eux est en effet due à des imprudences.

    On a donc toutes et tous un rôle à jouer, avoir les bons gestes face à ces risques. Le gouvernement veut ainsi responsabiliser vacanciers et habitants. Il faut savoir que la France, même avec ce bilan terrible de 2017, reste l'un des pays les plus efficaces comparés aux centaines de milliers d'hectares qui disparaissent chaque année en Espagne ou au Portugal, par exemple.

    Alors que faire et ne pas faire ? Il faut d'abord être vigilant. Si vous êtes fumeurs, ne jetez par vos mégots par les fenêtres de votre voitures sur une végétation très sèche. Un seul mégot peut suffire à déclencher un feu. Si vous décidez de vous arrêter et de faire une pause avec votre voiture, prudence également car votre pot d'échappement, après plusieurs heures de route, est brûlant et au contact de l'herbe haute et sèche, il est aussi une source de départ de feu. Passons sur les barbecues en pleine forêt qui sont évidemment interdits. Quant aux barbecues dans certaine zone très sèche, leur utilisation est très réglementée car la moindre étincelle avec le vent peut provoquer des catastrophes. Enfin, chez vous, ne laissez pas de combustible contre votre maison. Dégagez aussi votre accès au tuyau d'arrosage, ou tous mobiliers qui peuvent gêner les sapeurs pompiers.

    Pour rappel, la France a décidé d'acheter 6 nouveaux avions bombardiers d'eau pour renouveler sa flotte vieillissante, mais le premier appareil ne sera pas livré avant l'an prochain. Il faudra faire avec les mêmes moyens aériens et terrestres.

    Notons que nous avons eu beaucoup d'eau, de pluie au printemps, la végétation est donc sans doute moins sèche que l'an dernier. Cela peut jouer mais on constate déjà des incendies comme dans l'Aude. Plusieurs départements ont déclenché leur système de vigilance, notamment dans les Pyrénées-Orientales. La pluie du printemps a eu un autre effet, celui de faire pousser la végétation selon les spécialistes. Autrement dit il, y a beaucoup de broussailles. Enfin, le réchauffement climatique provoque un allongement de la durée de la saison des risques d'incendies de 3 à 6 mois

    Une dernière chose, dans cette lutte, vous êtes aussi acteur en composant le 112.

    >> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast

     

    FacebookTwitter
Les rubriques Sudradio