Guy Novès : "Je ne suis pas soulagé, je suis apaisé"

Guy Novès
Guy Novès, ancien sélectionneur du XV de France, interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10. AFP

Guy Novès, ancien sélectionneur du XV de France, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 9 avril 2019, animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur la condamnation de la Fédération française de rugby (FFR) pour l'avoir licencié abusivement. 

Guy Novès : "Je ne suis pas soulagé, je suis apaisé"

La Fédération française de rugby (FFR) a été condamnée pour avoir licencié abusivement Guy Novès, ancien sélectionneur du XV de France. Ce dernier a obtenu plus d'un million d'euros pour rupture abusive de son contrat, sans faute grave. Pour Guy Novès, ce n'est pas une revanche : "Dès le début, quand j'ai saisi les prud'hommes, l'objectif était de me retrouver dans mon monde avec ma fierté et mon honneur. Je ne suis pas soulagé, je suis apaisé. Soulagé, ça veut dire que j'aurais pu penser qu'on puisse retenir la faute grave, mais il n'y a jamais eu de faute grave. Que tout le monde le reconnaisse, c'est ce qui m'apaise, me permet de retrouver mon honneur vis-à-vis de mon investissement dans mon sport et des gens qui m'ont toujours soutenu".

Guy Novès a obtenu un million d'euros sur les trois millions demandés. "L'argent qui est distribué est un montage technique qui me dépasse. Ce qui compte pour moi, c'est l'absence de faute grave. C'est très important, à mon âge, d'avoir l'image que j'ai toujours donnée, quelqu'un de propre et non pas celui qu'on a voulu salir."

Guy Novès est encore jeune, avec de l'avenir dans le rugby français. "Je ne suis pas encore dans cette réflexion-là mais je vais écouter ce qui va se passer maintenant. Ce sont les semaines qui arrivent voire les mois qui décideront."

"Le XV de France est peut-être aujourd'hui en plus mauvais état que celui dans lequel je l'ai laissé"

Quand Guy Novès a quitté le XV de France, il n'était pas en très bon état et ça ne va pas mieux depuis pour cette équipe, avant la coupe du monde qui aura lieu au Japon cet automne. "Je l'ai pris dans un état qui n'était pas évident. Nous avons beaucoup travaillé et nous avions quatre ans pour arriver à la coupe du monde. On nous a stoppés au bout d'un an, notamment la nouvelle gouvernance. Aujourd'hui, il est peut-être en plus mauvais état que celui dans lequel je l'ai laissé, c'est dommage qu'on ne nous ait pas laissé travailler, car nous avions l'ambition d'améliorer cette équipe de France."

On entend dire que Bernard Laporte pourrait aller chercher un entraîneur-sélectionneur à l'étranger. "La compétence peut être partout, elle n'est pas exclusivement en France, mais quand je vois les clubs français arriver dans les finales de coupe d'Europe voire les demi-finales, on peut voir que la compétence est aussi en France. Je pense qu'il y a en France, au travers des entraîneurs français, beaucoup de compétences."

📻 le soulagement de Guy #Novès après la décision des Prud’hommes de #Toulouse@SudRadiopic.twitter.com/Z6UFTlnzHR

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio