Le regard libre d'Elisabeth Lévy - Le déconfinement

Selon notre éditorialiste Elisabeth Lévy le gouvernement a radicalement changé sa façon de faire et opte pour plus de transparence. Alors il parle déjà de l'après confinement, comment cela va se passer, on ne le sait pas mais il l'annonce, ça ne se fera certainement pas de façon uniforme. Une stratégie de communication payante ?

Tous les matins à 8h15, le regard libre d'Elisabeth Lévy dans le Grand Matin Sud Radio.

Le PM a annoncé hier devant la mission d’information de l’AN que le déconfinement serait progressif

« Du sang, du labeur, des larmes et de la sueur ». C’est ce que Winston Churchill a promis à ses concitoyens le 13 mai 1940. Et mutatis mutandis, c’est ce qu’Edouard Philippe nous a annoncé hier. « Un combat long et difficile qui impliquera de mauvaises nouvelles et des déceptions »

A la fin de cette drôle de guerre, il n’y aura pas de Libération ni de bal dans les rues, mais un retour très progressif à la normale, peut-être différencié selon les régions et les classes d’âge. Bien sûr, pas question de bouger pour les vacances de Pâques qui démarrent. 

Quant à l’autre mauvaise nouvelle du jour, elle réjouira peut-être un certain nombre d’ados. Le bac 2020 ne se déroulera pas dans des conditions normales. 

Dans la forme, le PM vous a-t-il convaincue ?

En tout cas, il a dû envoyer sur les roses les communicants et leur jargon inepte. Je vous en cite un dans Le Figaro : « La parole du gouvernement a été sollicitée sur de nouveaux théâtres d’opération. Il a fallu resynchroniser tout cela. Il y a eu un besoin de structuration.» Le Fig ne fournit pas la traduction.  

Jusqu’à samedi, avaient imposé leur crédo stupide : n’avouez jamais. Ni erreurs, ni manquement. Traduction : prenez les Français pour des idiots. Cela a donné la brillante stratégie consistant à nous expliquer que nous n’avions pas besoin de masques, ni de tests puisque nous n’en avions pas. 

Qu’est-ce qui a changé ? 

Après quinze jours à nous engueuler sur le mode nous savons ce que vous faites donc fermez la et obéissez, le PM s’adresse à notre cerveau. Tel Socrate, il nous dit : ce que je sais, c’est que je ne sais rien. Nous naviguons à vue. Ainsi, une grande inconnue : les scientifiques sont bien incapables de dire quelle proportion de la population sera immunisée à la sortie.

Une autre inconnue : au-delà des modalités du déconfinement, le jour d’après ressemblera-t-il au jour d’avant ? 

Vous parlez le Macron dans le texte. «Beaucoup de certitudes, de convictions seront remises en cause» a-t-il déclaré le 16 mars. 

Le Macron nouveau sera donc souverainiste et étatiste. Il a oublié la réforme des retraites et veut défendre l’hôpital public. Peut-être injuste mais on a l’impression que le PR continue lui, à faire de la com. Et on aimerait être sûr qu’à l’Elysée son entourage ne pense pas d’abord à sa réélection.