L'ONG "SOS Méditerranée" lance "l'appel du 8 juin", sa nouvelle campagne de dons

L'ONG "SOS Méditerranée" lance "l'appel du 8 juin", sa nouvelle campagne de dons

L'ONG "SOS Méditerranée" - qui vient en aide aux migrants - a lancé ce vendredi, depuis Marseille, "l'appel du 8 juin", dans le but d'obtenir des dons.

Depuis le port de Marseille (Bouches-du-Rhône), où son navire baptisé "Aquarius" est amarré, "SOS Méditerranée" a lancé ce vendredi "l'appel du 8 juin", donnant le coup d'envoi de sa seconde campagne de dons. L'Organisation non gouvernementale, qui revendique le sauvetage de plus de 28 000 naufragés sur les deux dernières années, tire la sonnette d'alarme et rappelle que la Méditerranée est devenue peu à peu un gigantesque cimetière de migrants.

"228 opérations et 28 689 personnes sauvées des eaux"

Souvenez-vous, le 12 mai dernier, le groupe français "Madame Monsieur" interprétait la chanson "Mercy" lors de l'Eurovision, un titre dédié à un bébé nigérian portant le même nom. Ce nourrisson était né un an auparavant sur un bateau humanitaire, qui n'était autre que l'Aquarius, navire affrété par "SOS Méditerranée" dont la mission est de sauver des eaux les migrants effectuant la périlleuse traversée, entre les côtes nord-africaines et le sud de l'Europe.

À défaut de séduire les jurés du concours - la France n'avait obtenu que la 13e place - la chanson avait au moins eu le mérite de mettre en lumière le travail de cette ONG, laquelle a besoin, plus que jamais, de dons afin de financer ces expéditions menées en mer Méditerranée. Jointe par téléphone, sa directrice générale, Sophie Beau, nous explique le déroulement des opérations, rappelant que ces dernières permettent de sauver plusieurs centaines de vies. "L'Aquarius est présent en Méditerranée centrale depuis 27 mois et a fait 228 opérations de sauvetage qui ont permis de ramener 28 689 personnes", nous apprend-elle.

Des expéditions qui ne sont, hélas, pas sans danger et qui se heurtent bien souvent à des facteurs extérieurs, comme elle nous le rappelle. "Les conditions de sauvetage sont de plus en plus compliquées avec la présence de garde-côtes libyens qui interfèrent pendant les opérations. Étant donné que les bateaux de migrants en détresse ne souhaitent pas être ramenés en Libye, les migrants se jettent à l'eau. Ils sont encore plus en danger, dans une situation qui est déjà très complexe", déplore-t-elle ainsi.

Et tout cela a un coût ! L'ensemble des opérations est financé presque entièrement par des donations privées, d'où ce nouvel appel aux dons, condition sine qua non à la poursuite des expéditions. "L'affrètement de l'Aquarius est financé par la mobilisation des citoyens européens. 93 % de nos dons sont privés donc nous avons besoin de dons et du soutien citoyen face à la défaillance des États", explique encore Sophie Beau, qui précise qu'une journée en mer "coûte 11 000 euros" au navire humanitaire, sur lequel s'activent quelque 250 bénévoles.

Propos recueillis par Stéphane Burgatt

 

 

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio