Affaire Grégory : Murielle Bolle réclame sa remise en liberté

L'affaire du petit Grégory, non résolue depuis plus de 30 ans
L'affaire du petit Grégory, non résolue depuis plus de 30 ans

Les avocats de Murielle Bolle déposent ce lundi une demande de remise en liberté pour leur cliente, maintenue en détention provisoire à Dijon depuis le 29 juin.
 

C’est assurément l’une des clés de l’affaire Grégory Villemin, qui désespère la justice française depuis plus de 30 ans maintenant. Mise en examen pour enlèvement de mineur suivi de mort le 29 juin dernier, Murielle Bolle est écrouée depuis cette date à la prison de Dijon, contrairement à Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grand-tante de Grégory Villemin, qui ont, eux, été placés sous contrôle judiciaire. Alors que le témoignage de Murielle Bolle a toujours été considéré comme crucial dans la résolution de cette affaire, la mère de famille de 48 ans, au centre de toutes les attentions, a officiellement demandé à sortir de prison. C’est en tout cas la demande qui sera formulée par ses avocats ce lundi, annonce Le Parisien. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon disposera alors de vingt jours pour se prononcer favorablement ou non.

Confrontation avec son cousin le 28 juillet

Avant même de connaître la décision, Murielle Bolle fera face à un autre moment capital pour elle. Le 28 juillet, elle sera en effet confrontée à son cousin dont le témoignage récent a totalement relancé l’enquête. Jamais entendu par la justice à l’époque des faits, cet homme assure que Murielle Bolle, alors âgée de 15 ans, a été molestée le 5 novembre 1984 par ses proches pour lui faire changer sa version des faits. "Un témoignage absurde qui ne tient pas debout", a déjà dénoncé Me Jean-Paul Teissonnière, l'un des avocats de Murielle Bolle.

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio