single.php

Exit Le Pen, voilà Marion Maréchal, un changement de nom qui en dit long

Marion Maréchal-Le Pen a décidé de changer son nom pour ne garder que Marion Maréchal, se débarrassant d'un patronyme qui fait office, selon elle, de bétabloquant politique.

Thumbnail

Recomposition, saison 2. Marion Maréchal-Le Pen s’appelle désormais Marion Maréchal.

La notification a été faite officiellement sur son compte Twitter et sa page Facebook.

Exit donc Le Pen, voilà Maréchal. Mais de qui Maréchal est-elle le nom ? D’abord celui de sa famille. Elle a été élevée par Samuel Maréchal, ex-gendre de Jean-Marie Le Pen, qui était marié à Yan Le Pen, l’une des filles du fondateur du FN.

Les filles Le Pen en savent toutes quelque chose, il est impossible de faire carrière dans le monde du travail avec ce patronyme. Donc Marion, la nièce, a la parade, un autre nom, une autre origine.

Et pour des raisons professionnelles, officiellement, elle s’appelle donc désormais Marion Maréchal. À partir du 22 juin, elle sera la directrice générale de l’ISSEP, Institut des Sciences Sociales, Économiques et Politiques. Formation continue, masters et autres, l’académie Maréchal veut faire émerger une nouvelle génération de dirigeants forgés aux idéaux de la droite et des droites.

Marion Maréchal veut mettre en pratique le fameux principe selon lequel Mai 68 a permis la victoire de la gauche en 1981.

L’ex-députée s’exprimera la semaine prochaine dans un colloque pour Mai 68 et son avenir. Pour elle et sa génération, leur Mai 68, c’était la Manif pour Tous. Ce bloc droitier qui a créé une communauté de la droite des valeurs identitaires, une sorte de Tea Party à la française. C’est certainement l’événement, à droite, le plus important de ces dernières années. C’est à partir de ce terrain que s’est créé Sens Commun, jusqu’aux amoureux de la France, portés par les Ménard, que Marion Maréchal prépare sa conquête politique.

Débarrassée du nom de Le Pen, qui fait office, selon elle, de contre-marque et de bétabloquant politique, la nièce de la présidente du FN attend tranquillement les évolutions judiciaires sur les assistants européens qui érode un peu plus chaque jour le crédit politique chaque jour. Elle attend la crise qui couve chez Les Républicains. Elle a le temps pour elle et, en fonction des circonstances, elle décidera de revenir sur le devant de la scène.

En attendant, dans la capitale des Gaules, au coeur du fief de Laurent Wauquiez et à proximité de l’Italie qui met les populistes au pouvoir, Marion Maréchal peaufine sa nouvelle marque singulière dans l’espoir de prendre un jour la tête d’une droite plurielle.

Écoutez la chronique de Michaël Darmon dans le Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 

L'info en continu
19H
18H
17H
14H
13H
12H
11H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/