single.php

Encore du changement dans la mise en place du prélèvement à la source

Prélèvement à la source, 251e épisode ! On en sait un peu plus aujourd’hui sur les crédits d’impôts et leur mise en place dans le cadre de la réforme du prélèvement à la source.

Ministère de l'Économie (©LOÏC VENANCE - AFP)

Des crédits d’impôts qui inquiétaient clairement des millions de Français, ceux qui emploient du personnel à domicile, que ce soit une femme de ménage, une garde d’enfants ou encore une auxiliaire de vie... Inquiétude également pour les locataires d’EHPAD, eux aussi éligibles à des réductions d’impôts.

Pourquoi cette inquiétude ? Tout simplement parce qu’avec le prélèvement à la source, tout ceux qui bénéficient d’un crédit d’impôts risquaient de devoir payer plus d’impôts qu’ils n’en doivent vraiment pendant plusieurs mois… pour être ensuite remboursé du trop perçu ! Une situation kafkaïenne qui revenait à faire une avance de trésorerie à l’État puis à se faire rembourser.

Finalement, ça ne va pas se passer comme ça. Par la voie de Gérald Darmanin, le ministre des Comptes et de l’Action publics, le gouvernement a annoncé qu’un acompte de 30% sur le crédit d’impôts sera versé dès le mois de janvier. Concrètement, ça signifie que certains contribuables ne perdront pas ou quasiment pas de revenus en janvier prochain, puisqu’ils toucheront l’acompte promis. Il viendra en compensation de l’impôt qui leur sera prélevé. Le solde de crédit d’impôts leur sera ensuite versé après l’été...

Il n’empêche qu’il y aura tout de même des perdants à un moment donné : ceux par exemple qui ne payent pas d’impôts justement grâce au crédit d’impôts risquent de se voir légèrement ponctionner pendant quelques mois de sommes qui leur seront restituées par la suite en septembre..

Le problème avec le prélèvement à la source, c’est qu’il n’y a pas que ce cas particulier à résoudre ! Natacha Polony nous parlait la semaine dernière des millions de Français dont les revenus sont en dent de scie, qu’ils accumulent les CDD, les missions d’intérim ou les périodes de chômage, ou encore qu’ils soient indépendants, artisans, artistes, écrivains et j’en passe... D’ici à janvier prochain, il reste quelques dizaines voire centaines de cas particuliers à étudier et à résoudre du mieux possible pour éviter un fiasco lors de la mise en place du dispositif. Rappelons que le Medef, qui est dans la dernière ligne droite pour se choisir un président, demeure résolument contre le prélèvement à la source.

Réécoutez en podcast l’édito de Jean-Baptiste Giraud dans le Grand Matin Sud Radio

 

L'info en continu
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/