Jacques Pessis rend hommage à son ami Charles Aznavour

Jacques Pessis reçoit tous les jours artistes, auteurs, personnalités de la culture et des arts dans Les Clefs d'une vie sur Sud Radio. Lundi 1er octobre, dans L'Invité de l'actu, au micro de Patrice Roger et Cécile de Ménibus, il nous raconte ses souvenirs avec son ami Charles Aznavour décédé à l'âge de 94 ans.

Thumbnail

Jacques Pessis raconte son dernier été aux côtés de Charles Aznavour

Jacques Pessis est journaliste, écrivain, scénariste et réalisateur. Chaque jour, les auditeurs de Sud Radio l'entendent dans Les Clefs d'une vie de 13h à 14h. Aujourd'hui, il est l'Invité de l'actu et revient sur ses souvenirs avec Charles Aznavour, son ami de longue date, décédé le 1er octobre à 94 ans. Ses derniers souvenirs avec lui remontent à cet été.

"Ma maison se trouve juste à côté de la sienne et cet été, nous nous sommes vus pratiquement tous les jours, j'ai vu la remontée de cet homme dont le bras cassé était un drame car il ne pouvait plus remonter sur scène. Entre juillet et août, je l'ai vu remonter physiquement et moralement pour retrouver la scène qui était sa vie. Tous les jours il se soignait, il travaillait, il sortait peu et tous les jours, il voulait monter sur scène. Il préparait même son concert en disant : J'aurai peut-être une canne pour chanter et danser Joue contre joue".

"Sur scène, l'adrénaline faisait qu'il n'était plus le même homme"

Sa voix avait peu changé et jusqu'au bout, il est monté sur scène. Des concerts en Australie étaient même programmés ! "Ce n'était pas une revanche par rapport à ses débuts mais il était heureux et je me souviens, l'autre jour quand je l'ai croisé, qu'il m'a dit : Les gens ont mis 70 ans à découvrir que j'avais du talent et du succès". Son premier succès remonte à ses trente-six ans mais déjà à treize ans, il chantait dans les Gorges du Verdon avec son groupe, participant à des galas, des bals, des duos... Mais pour l'époque, son style et sa voix étaient nouveaux et les gens n'aimaient pas : "on le traitait d'oreille de traversin, c'était monstrueux !", ajoute Jacques Pessis.

On sait aussi qu'Édith Piaf l'a beaucoup aidé dans ses débuts. "Édith Piaf a été sa muse", raconte Jacques Pessis. "Elle l'invite chez elle pendant huit ans car il n'a pas de logement, elle lui donne beaucoup d'argent et, ensemble, ils vont écrire des chansons. Une chose que l'on ne sait pas et qu'il m'a racontée, c'est qu'un jour il lui a dit tu devrais écrire le ciel bleu sur nous peut s'effondrer. Les deux premiers vers de l'Hymne à l'amour, c'est lui qui les a écrits sans demander un seul centime." Peu à peu, il va réussir et se faire connaître aux États-Unis et dans le monde entier, où il rayonnait. Il s'est produit en concerts dans plus de 100 pays. "À chaque fois, il chantait dans la langue du pays", termine Jacques Pessis.

 

Cliquez ici pour retrouvez l'intégralité de l'interview de Jacques Pessis en Podcast.

Retrouvez l'Invité de l'actu de la matinale du lundi au vendredi sur Sud Radio à 8H10.