Dominique Reynié : "82% des victimes du terrorisme islamiste dans le monde sont des musulmans"

Dominique Reynié était l’invité d’André Bercoff mardi 3 décembre 2019 sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Dominique Reynié invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Dominique Reynié, professeur à Science Po et directeur général de Fondapol (Fondation pour l’innovation politique) présente chez André Bercoff le dernier rapport de sa fondation, Les attentats islamistes dans le monde 1979-2019. Une étude complète des 40 ans d’attaques islamistes perpétrées sur toute la planète.

 

"On sait qu’il y a des attentats mais on ne sait pas combien"

Le rapport de Fondapol étudie les attentats islamistes entre 1979 et 2019 en détail. Un travail énorme qui est essentiellement "une base de données qui permettrait à chacun de voir de façon documentée où ont eu lieu ces attentats islamistes". Elle permet de les "recenser pour pouvoir ensuite les localiser, les caractériser", explique Dominique Reynié. "On sait qu’il y a des attentats, mais on ne savait pas combien, on ne savait pas où". Le rapport est disponible gratuitement sur le site de la fondation, ainsi que la base de données.

Sur les 40 ans étudiés, 33.769 attentats (qui ont fait 167.096 morts et représentent 18,8% des attentats dans le monde) ont pu être "identifiés comme relevant de la violence islamiste". "On peut les distribuer sur les 40 années et on s’aperçoit qu’il y a une chronologie", précise l’auteur. "On a une première période, 1979-2000" où se développe "l’islamisation de conflits" et la "djihadisation de l’islamisme".

Tout commence en 1979 avec "l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS", "la révolution iranienne", "la prise d’otages à la Grande Mosquée de La Mecque" et les premières "conséquences des accords de Camp David de 1978". Les attentats s’accélèrent "à partir du 11 septembre 2001" qui est l’attentat terroriste non étatique "le plus meurtrier dans l’histoire du terrorisme connu : plus de 3.000 morts, plus de 16.000 blessés".

"Le point le plus haut des attentats, c’est aujourd’hui"

L’étude des attentats a permis de définir que "depuis 2013" le nombre d’attentats est "au plus haut". Sur l’ensemble des victimes, "plus de 122.000 personnes sont mortes depuis 2013". La faute à "l’État islamique et à Boko Haram qui ont vraiment largement surpassé Al Qaïda".

Leur programme "est le Califat mondial, c’est de faire que sur toute la Terre on soit soumis à la Charia". "C’est en ce sens que nous nous sommes concentrés sur les attentats islamistes" qu’il faut différencier des attentats "nationalistes", y compris au sein des pays arabes, explique Dominique Reynié. L’étude permet également de montrer que "91,2% des victimes sont très certainement des victimes musulmanes". "Quand on parle d’islamophobie, c’est assez largement de cela que les gens ont peur, d’attentats islamistes".

Internet et les réseaux sociaux ont joué un rôle d’accélérateur des attentats. "Les organisations islamistes sont devenues expertes dans l’organisation de leur propre communication sur le web". Une pratique qui continue aujourd’hui puisque "l’État islamique recrute sur Tik Tok", dévoile l’auteur, application très prisée des jeunes adolescents, lancée en 2016, développée par les Chinois et qui compte 700 millions d’utilisateurs dans le monde.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !