single.php

Palestine : comment les associations d’extrême gauche font converger les luttes

La convergence des associations d’extrême gauche autour de la Palestine. Pour en parler, Pauline Condomines, journaliste à Livre Noir, était l’invitée d’André Bercoff mercredi 10 avril sur Sud Radio, pour son enquête de six mois dans des “associations dites d’extrême gauche”.

Pauline Condomines, invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.
Pauline Condomines, invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Six mois d’enquête dans des associations dites d’extrême gauche soutenant la Palestine. Le résultat de l’enquête de Pauline Condomines, publiée dans le magazine Livre Noir, est édifiant. Au-delà des opinions parfois idéologique, c’est ici la rencontre avec la réalité qui est en jeu.

Dans le coeur des associations d’extrême gauche

Urgence Palestine, Le Soulèvement de la Terre, la ZAD, le collectif sans papiers, les féministes Paris Banlieue, les LGBT etc. Durant six mois, Pauline Condomines s’est confrontée à ces associations qualifiées d’extrême-gauche. Dans une enquête publiée dans le magazine Livre Noir, elle raconte ce qu’elle a vécu, ce qu’elle a vu. Loin des opinions idéologiques toutes faites qui transparaissent parfois très vite dès lors que l’on aborde le sujet desdites associations.

"L’an dernier, lorsque l’association Utopia 56, une association immigrationniste, a occupé une école avec des mineurs non accompagnés, dans le 16ème arrondissement de Paris. C’est de là que m’est venue cette enquête. J’y suis allée. J’ai réalisé que ce n’étaient pas des mineurs, et qu’il y avait une vraie exploitation de ces clandestins par les bénévoles" explique Pauline Condomines, journaliste à Livre Noir, auteure d’un enquête de 6 mois dans des associations dites d’extrême gauche. Une première expérience, plutôt détonante.

Palestine : la convergence des luttes

Cette dernière a voulu aller encore plus loin, et faire le tour de l’écosystème de ces associations. Elle se retrouve chez Urgence Palestine, où elle constate une espèce de convergence des luttes. "Je n’avais pas prévu d’y aller. Je suis allée dans un collectif, qui m’a mené à un autre collectif. Car ils sont tous interconnectés. Ce qui a rendu mon travail d’autant plus naturel. Au Soulèvement de la Terre, qui n’a pas grand chose à voir avec la Palestine, j’ai rencontré des militants d’Urgence Palestine. Dans l’AG féministe Paris Banlieue, même chose. Dans le collectif de sans-papiers, même chose. Je me suis demandé comment toutes ces alliances pouvaient fonctionner" ajoute-t-elle.

Dans cette association pro-palestinienne, "il est interdit de critiquer les crimes commis par le Hamas, ni les viols commis par le Hamas. Je pensais que les militantes féministes réagiraient. Au contraire, elles étaient les plus offensives. C’était très marquant". Toutes ces personnes, aux luttes si différentes, arrivent pourtant à se réunir, et même à s’unir. "On pourrait penser qu’il s’agit d’un simple mouvement. Ce qui réunit ces militants, c’est un anti sionisme radical. Ils veulent qu’Israël soit rayé de la carte" conclut-elle. Tout un programme.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff du lundi au jeudi  à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
16H
15H
14H
13H
12H
11H
Revenir
au direct

À Suivre
/