Marie-Estelle Dupont : "On est dans une société ultra-infantilisante"

Marie-Estelle Dupont, psychologue et auteur de « L’Anti-mère » (Éditions Albin Michel), était l'invitée de "Bercoff dans tous ses états".

Marie-Estelle Dupont
Marie-Estelle Dupont, invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Marie-Estelle Dupont décrit son livre comme un ouvrage "pour aider les femmes à ne plus être des victimes, à survivre à la jalousie, à se libérer de la culpabilité et devenir pleinement mère pour leurs enfants".

Marie-Estelle Dupont : "On vit avec sa personnalité, on éduque avec sa personnalité et on meurt avec sa personnalité"

"On croit que ce n’est pas possible qu’une génitrice voie sa fille comme une rivale. J’ai été amenée à écrire ce livre parce que j’ai constaté dans ma pratique clinique que beaucoup de mes patients n’avaient pas confiance en eux et avaient des difficultés affectives. Non pas dues à un harcèlement ou un abus sexuel, mais au fait que l’un de leurs parents était jaloux d’eux et retenait la vie au lieu de la donner. Quand vous devenez parent avec une personnalité psychopathique ou borderline ou paranoïaque… Je pense qu’on vit avec sa personnalité, on éduque avec sa personnalité et on meurt avec sa personnalité.

Quand je suis née, ma mère était extrêmement déçue que je sois une fille, elle voulait à tout prix un garçon. Ma mère n'avait pas d’empathie, était narcissique, divisant pour régner sur la famille, brisait toute forme de lien avec les hommes de la famille… J’étais comme une balle de ping-pong entre des injonctions paradoxales. En l’espace de deux phrases j’étais une sous-merde parce que j’avais laissé un cheveu sur la taie d’oreiller. Mais la seconde d’après j’étais son soleil, sa vie, la seule qui la comprenait parce que tous les hommes étaient des salauds", a raconté Marie-Estelle Dupont.

"Beaucoup de parents font du mal à leurs enfants parce qu’ils ne s’aiment pas"

"Il y a plein d’adultes qui aiment leurs enfants. En même temps, il y a une banalisation de la violence et de la négligence vis-à-vis des mineurs. À cela je vois deux raisons majeures. La première, c’est que pour être capable d’aimer un enfant et lui apporter tout ce dont il a besoin, malgré toutes les contraintes de la vie, il faut déjà s’aimer soi-même. Et je pense que beaucoup de parents font du mal à leurs enfants parce qu’ils ne s’aiment pas, et donc ils n’arrivent pas à aimer leur progéniture.

Depuis 2-3 générations, on est dans une société ultra-infantilisante. On est des ados attardés, il faut kiffer, il faut consommer, et on a l’impression que les enfants sont des joujoux. On veut absolument un enfant comme on voudrait une poupée. Mais comme on n’a pas supporté la frustration depuis quelques années et qu’on veut tout tout de suite, si l’enfant pleure et qu’il faut s’en occuper, 'là je suis fatiguée, un écran serait plus facile quand même'. Je pense qu’il y a un manque de construction et de maturité dans notre société aujourd’hui chez beaucoup d’adultes. Cela, parce que la société ne véhicule plus certaines valeurs et qu’on est moins construit et plus narcissique qu’avant", a estimé Marie-Estelle Dupont.

 

À lire aussi :

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h30 dans "Bercoff dans tous ses états" Sud Radio.