single.php

"L’Europe n’est pas une fédération, c’est une entité économique" estime Patrice Franceschi

Par Jean-Baptiste Giraud

Dans le contexte géopolitique actuel, l’Europe avoue-t-elle sa totale impuissance à passer pour un continent influent ? Est-ce l’échec du fédéralisme souhaité par Bruxelles ? Non, l’Europe n’est pas fédérale "Il y a plusieurs problèmes dans le fédéralisme européen. Cela n’a pas de sens. L’Europe n’est pas une fédération. C’est une entité économique, son péché […]

Patrice Franceschi, sur l’Europe, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.
Patrice Franceschi, sur l’Europe, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Dans le contexte géopolitique actuel, l’Europe avoue-t-elle sa totale impuissance à passer pour un continent influent ? Est-ce l’échec du fédéralisme souhaité par Bruxelles ?

Non, l’Europe n’est pas fédérale

"Il y a plusieurs problèmes dans le fédéralisme européen. Cela n’a pas de sens. L’Europe n’est pas une fédération. C’est une entité économique, son péché de jeunesse. Ce n’est absolument pas politique, ni autre chose. Par exemple, l’Europe de la Défense, cela fait quarante ans qu’on en parle. Pourtant on n’est pas prêt de la voir. Il faut faire avant tout une Europe politique. Une Europe politique, c’est une Europe réellement fédérale, comme les Etats-Unis d’Amérique" explique Patrice Franceschi sur Sud Radio.

Aussi, pour ce dernier, parler de fédéralisme européen, c’est faux. "On est plutôt sur une tendance de concentration de pouvoir dans une Union européenne économique par des gens qui pour la plupart n’ont jamais été élu. Cela n’a donc rien à voir avec un véritable fédéralisme" ajoute-t-il. Précisant que "si on veut bien ôter notre regard de notre seul nombril, le monde est de plus en plus dangereux, de plus en plus violent. Il a totalement changé. Il est volatile, dangereux, fugace et volatile. Et dans ce monde, l’heure est à l’union. Et elle ne peut être que politique".

"On n’existe que par sa puissance"

Pour une vraie fédération, rappelle donc Patrice Franceschi, il faut une Europe politique. "Individuellement ou collectivement, on n’existe que par sa puissance. Ce n’est pas un jugement. C’est un constat. Il devient donc de plus en plus urgent de corriger le péché d’origine de l’Union européenne en bâtissant une fédération politique dans une même civilisation" lance encore l’aventurier sur Sud Radio.

"Victor Hugo, Stefan Zweig et de Gaulle l’avaient compris. Avec l’Europe de l’Atlantique à l’Oural. Tout cela est plus que jamais d’actualité. Sauf que dans la concurrence des pouvoirs de cette politique politicienne que l’on connaît en France et en Europe, ce qui compte c’est la prise de pouvoir et pas le reste. Personne n’a compris les enjeux. J’ai passé l’essentiel de mon existence dans des sociétés autres que la mienne. J’ai vu la monté des périls. Il faut plus d’Europe en réalité, mais surtout pas de cette Union européenne" conclut-il.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff du lundi au jeudi  à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
12H
11H
09H
08H
07H
02H
22H
21H
20H
19H
Revenir
au direct

À Suivre
/