single.php

En France, la protection de l’enfance est en crise

La protection de l’enfance en France. Pour en parler, Maria De Almeida et Anniela Lamnaouar étaient les invitées d’André Bercoff, mercredi 26 juin, sur Sud Radio.

Maria De Almeida et Anniela Lamnaouar, sur la protection de l’enfance, invitées d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.
Maria De Almeida et Anniela Lamnaouar, sur la protection de l’enfance, invitées d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

En France, près de 400.000 jeunes font l’objet d’une protection de l'enfance. Pour la moitié d’entre eux, il s’agit d’un placement en foyer. Avec les abus que l’on connaît parfois. Une commission d’enquête, la première du genre, a été lancée, en mars dernier.

Une protection de l’enfance plutôt bien faite en France

Tout démarre avec le 119, ce fameux numéro d’appel pour les enfants maltraités. De là, pour les enfants concernés, s’en suit un parcours parfois du combattant, à défaut de les sortir totalement de la misère. "Une fois la situation évaluée, cela part auprès des juges aux affaires familiales qui décideront des mesures à prendre : les visites accordées aux parents, le placement en foyer, en famille d’accueil" rappelle Anniela Lamnaouar, étudiante à Science-Po Paris.

Aussi, cette dernière explique qu’en France, "la protection de l’enfance est plutôt bien faite en théorie. On a des mesures judiciaires, et des mesures d’aides à la parentalité. Malheureusement aujourd’hui, on se retrouve avec énormément de placements qui deviennent judiciaires, et énormément de drames dans les familles d’accueil, ou dans les foyers".

Des chiffres alarmants

Par ailleurs, en mars dernier, une commission d’enquête a été lancée sur le sujet de la protection de l’enfance, suite au suicide de deux enfants, dont une jeune fille dans un hôtel. "Il faut savoir que tous les enfants ne sont pas forcément placés en foyer ou en famille d’accueil. Beaucoup sont placés dans des hôtels, livrés à eux-mêmes. Le taux d’occupation des foyers est de 140%. Il n’y a plus de places" lance Maria De Almeida, membre du comité de vigilance des enfants placés.

De fait, un manque de moyens, et un manque de familles d’accueil. "C’est tout un ensemble. Sur le volet judiciaire, il y a aussi un manque de juges. Pour un seul juge, c’est 350 dossiers normalement. Aujourd’hui les juges sont entre 500 et 700 dossiers" conclut Maria De Almeida. Sur ces enfants, 70% sont sans diplôme. Et seulement 1% des enfants placées feront des études supérieures. Des chiffres affolants qui en rajoutent à l’urgence d’agir.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff du lundi au jeudi  à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
20H
19H
17H
16H
15H
13H
12H
09H
08H
21H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/