single-emission.php

Par avec Valérie-Odile Dervieux

Les magistrats sont-ils vraiment impartiaux pendant les périodes électorales ?


À la suite des élections européennes du 09 juin, le Syndicat de la magistrature a publié mardi 11 juin un communiqué dans lequel il appelle "l'ensemble des magistrates et magistrats, ainsi que toutes celles et ceux qui participent à l'activité judiciaire, à se mobiliser contre l'accession au pouvoir de l'extrême droite". On en parle avec Valérie-Odile Dervieux, membre du Conseil national d'Unité magistrats-SNM-FO et magistrate à la Cour d'appel de Paris.
Les invités

Accompagné d'un invité expert, André Bercoff détaille pour vous, du lundi au jeudi, un fait marquant de l'actualité du jour. À retrouver sur Sud Radio et en podcast.

Par André Bercoff avec Valérie-Odile Dervieux

Retrouvez ci-dessous la retranscription automatique des 3 premières minutes de votre émission : 

"Attention, il faut arrêter ça, il faut manifester, il faut se manifester de toutes les manières."

André Bercoff : Voilà, vous avez reconnu évidemment Michel Sardou et puis tiré de la fontaine bien sûr. Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Alors voici un communiqué de presse qui est paru hier, hier. Je vous le lis. Au début, quand j'ai commencé à le lire, je pensais que c'était un parti politique. Je me dis tiens, c'est intéressant. Écoutez, je vous le lis complètement et nous allons en parler ensuite avec Valérie-Odile Dervieux.

"Comme attendu, les partis d'extrême droite ont recueilli près de 40% des suffrages exprimés aux élections européennes. A la suite de ce résultat, le président de la République a pris la décision de dissoudre l'Assemblée nationale. L'ancrage électoral, je continue de communiquer, l'ancrage électoral de l'extrême droite se poursuit sur tout le territoire. les pans entiers des programmes d'extrême droite sont depuis plusieurs années intégrés aux politiques publiques des gouvernements successifs. Et le syndicat de la magistrature.. Donc le syndicat de la magistrature n'a de cesse de dénoncer les conséquences sociales et politiques catastrophiques de ces orientations. Mais les risques pour l'effectivité de l'État de droit se multiplient chaque fois que le Rassemblement national est désaffiné, sur ce le point d'élargir encore la racisme au sein des pouvoirs législatifs et exécutifs. La fonction première des magistrates et des magistrats est d'assurer l'égale application de la loi et de protéger les droits et libertés des personnes, notamment contre l'éventuel arbitraire du pouvoir. L'installation des matrices idéologiques d'extrême droite, autoritaire, sécuritaire, discriminatoire, xénophobe, raciste, les concerne donc, donc les magistrats au premier chef. Le syndicat de la magistrature appelle l'ensemble des magistrates et magistrats, ainsi que toutes celles qui participent à l'activité judiciaire, à se mobiliser contre l'accession au pouvoir de l'extrême droite. Le syndicat de la magistrature ne s'arrêtera pas là, ça c'est moi qui ajoute, prendra part au tout mouvement collectif d'union et de résistance et participera aux manifestations organisées dans les jours qui viennent partout en France. Mobilisons-nous pour construire des alternatives."

André Bercoff : Voilà. Alors, quid de... Attention, ils sont tenus de jamais, d'aucune manifestation d'hostilité à la forme républicaine du gouvernement, etc. Valérie-Odile Dervieux, bonjour, vous êtes magistrate, je dis, qu'est-ce-que ça veut dire exactement ? On a l'impression, voilà, et après tout, on dit voilà, un syndicat qui s'engage politiquement, qui dit attention, il faut arrêter ça, il faut manifester, il faut se manifester de toutes les manières, et il appelle tous les magistrats, le corps judiciaire, à l'action. (...)

À voir aussi : 

André Bercoff le 11 juin 2024 : Où en est-on concernant l'affaire McKinsey ? 

André Bercoff le 10 juin 2024 : Dissolution : que retenir de ce tremblement de terre politique ? 

André Bercoff le 6 juin 2024 : DDay : 80 ans après, ils débarquent à nouveau !

André Bercoff le 5 juin 2024 : 12 500 personnes expulsées avant les JO 2024 : des associations dénoncent 

Revenir
au direct

À Suivre
/