single-emission.php

Par

Agriculteurs en colère : les députés n'arrivent pas à se mettre d'accord pour faire une minute de silence pour Alexandra.


Un bras de fer au palais Bourbon... Après le décès d'une agricultrice sur le barrage installé sur la RN20 à Pamiers mardi 23 janvier, le président du groupe communiste André Chassaigne a demandé une minute de silence à l'Assemblée nationale pour lui rendre hommage. Une décision soutenue par Les Républicains, mais pas par La France Insoumise. On en parle avec André Bercoff.

Accompagné d'un invité expert, André Bercoff détaille pour vous, du lundi au jeudi, un fait marquant de l'actualité du jour. À retrouver sur Sud Radio et en podcast.


BERCOFF DANS TOUS SES ÉTATS
Par André Bercoff

Retrouvez ci-dessous la retranscription automatique des 2 premières minutes de votre émission :

"Le bruit du silence, c'est le bruit qui se passe aujourd'hui à l'Assemblée Nationale, on va en parler."

 André Bercoff : Oui, il aime des plus belles chansons des années 70, elle reste culte. "The Sound of Silence." Le bruit du silence. Le bruit du silence, c'est le bruit qui se passe aujourd'hui à l'Assemblée Nationale, on va en parler. D'ailleurs, nous recevons la députée de Mayotte, mais on va parler d'autre chose avec elle. Mais aussi, si elle veut intervenir là-dessus. À propos des agriculteurs, à propos des minutes de silence. Alors, d'abord, je rappelle les agriculteurs, aujourd'hui, à l'heure où nous parlons, auditeurs de suites radio, résistants de suites radio, 85 départements touchés. Auvers-du-Rhône-Alpes, Bretagne et la région, Centre-Val de Loire, Grand-Est, Haut-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Pays-de-la-Loire, Provence, Alpes-Côte d'Azur, Occitanie, l'autoroute A7 est bloquée. Voilà, ça continue encore et encore, jusqu'où la réunion avec Matignon et Gabriel Attal n'a pour le moment rien donné. Mais voilà, les négociations continuent, bien sûr. Personne n'a envie que ça tourne au drame. En même temps, effectivement, il faut s'occuper des animaux, il faut s'occuper des récoltes, il faut s'occuper de tout ça. Vous savez, les agriculteurs, il y a une chose, ils n'ont pas les moyens, eux, de rester une semaine, deux semaines, trois semaines en grève. Parce que, voilà, ça se passe tous les jours, l'élevage, que ce soit l'agriculture ou l'élevage. Et pendant ce temps-là, il y a eu ce que vous savez, il y a eu ce drame, ce drame terrible, effectivement, de cet décès d'agricultrice. Je rappelle que des chauffards, alors sous le coup d'une OQTF, mais ce n'est pas le problème de l'OQTF, là, ici. C'est le problème qu'il y a eu des chauffards qui ont foncé, effectivement, dans un barrage. Ce barrage, abrité derrière, il y avait une cantine et deux personnes sont mortes. Hier, l'agricultrice et la petite fille, la fille de l'agricultrice est morte hier soir de ces blessures, voilà. Ça s'est passé à Pamiers.

À voir aussi :

Emission du 23 janvier 2024 : Quelles issues pour les agriculteurs en colère ?

Emission du 22 janvier 2024 : Quel est le prix à payer quand on s'interpose lors d'une agression ?

Emission du 18 janvier 2024 : Agriculteurs en colère : le début d'une longue mobilisation ? 

Emission du 17 janvier 2024 : Qu'est-ce que l'art de la guerre russe ? 

Revenir
au direct

À Suivre
/